Agritrop
Home

Mission entomologie Palmafrique, Côte d'Ivoire, 5-12 juin 1999

Philippe René. 1999. Mission entomologie Palmafrique, Côte d'Ivoire, 5-12 juin 1999. Montpellier : CIRAD-CP, 35 p. N° de rapport : CP_SIC 1130

Mission report
Full text not available from this repository.

Abstract : La mission, effectuée sur la demande de PALMAFRIQUE, a permis de faire le point sur la réalisation de la surveillance phytosanitaire et des traitements chimiques contre les ravageurs dans les trois plantations industrielles. Les relevés phytosanitaires sont fiables dans leur ensemble. Il reste cependant à améliorer l'établissement des fichiers de terrain et de récapitulation, qui doivent être bien classés et ordonnés. A Eloka, la situation phytosanitaire est marquée par de très fortes attaques de rongeurs sur les jeunes cultures 1998 entraînant une mortalité très élevée des plants. Pourtant, les conseils de lutte intégrée contre les petits rongeurs figurent dans le rapport de la première mission réalisée en janvier 1998. Les populations de Coelaenomenodera ont subi une brutale remontée en novembre 1998. A la génération suivante, le niveau des adultes est assez élevé mais il est rassurant de constater que les pontes sont faibles sur les palmes basses et sur les palmes hautes, les pontes, présentes pourtant en nombre plus élevé, sont parasitées dans la majorité des cas et desséchées ou prédatées, ce qui ne nécessite pas une intervention pour le moment. Une nouvelle génération de chenilles défoliatrices débute en juin; on doit la suivre au cours de la période pluvieuse et intervenir au cours de la prochaine génération si aucune mortalité par la maladie virale n'a été constatée. A Anguédédou, l'abattage avec déracinement des palmiers n'a pas été réalisé sur toute la superficie à replanter. Une bonne partie des palmiers ont été tronçonnés laissant en place des souches de 1 m environ de hauteur, ce qui représente par excellence des gîtes de reproduction pour les Oryctes. En outre l'andainage n'a pas été effectué en 1998, ni en 1999. Sur les cultures 1998, les attaques d'Oryctes sont déjà bien réelles. La mortalité des plants résulte aussi des attaques de petits rongeurs. Deux petites taches de fusariose sont apparues dans deux parcelles (cultures 1998). Dans l'ensemble agro-industriel de Dabou, à Youhoulil, le traitement aérien par ULM contre le Coelaenomenodera n'a pas donné de bons résultats. La date d'application est un peu tardive et la mortalité des adultes n'a pas été très élevée. Un nouveau cycle de larves a donc commencé et le second tour de traitement du second groupe de parcelles infestées a été suspendu. La situation devra être analysée à nouveau à la fin du prochain cycle. A Toupah, la mortalité des plants est également très élevée; elle résulte en partie de la faible résistance de jeunes plants ayant une mauvaise croissance en pépinière, ainsi que d'une forte attaque de rongeurs. Une forte pression d'attaque des adultes d'Oryctes commence à se faire sentir dans ce bloc. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Elaeis guineensis, Plantations, Surveillance épidémiologique, Enquête organismes nuisibles, Rongeur, Coelaenomenodera, Oryctes, Latoia, Lutte antiravageur

Mots-clés géographiques Agrovoc : Côte d'Ivoire

Mots-clés complémentaires : Oryctes monoceros

Classification Agris : H10 - Pests of plants

Auteurs et affiliations

  • Philippe René, CIRAD-CP-COCOTIER (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/2832/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-03 ]