Agritrop
Home

Fertilisation du caféier Arabica au Cameroun

Bouharmont Pierre. 1998. Fertilisation du caféier Arabica au Cameroun. Montpellier : CIRAD-CP, 106 p. (Document de travail du CIRAD-CP, 1-98)

Technical and research document
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_315445.pdf

Télécharger (2MB) | Preview

Titre anglais : Arabica coffee fertilization in Cameroon

Abstract : Huit essais de fertilisation minérale de caféiers Arabica en production ont été réalisés, au Cameroun, dans des plantations en plein soleil. Les quatre premiers essais sont situés sur un sol fertile d'origine volcanique récente, en zone de basse altitude (1 000 m) : un essai de doses croissantes d'azote avec la variété Java et un deuxième avec la variété Caturra, un essai factoriel NPK avec la variété Java et un autre avec la variété Caturra. Les quatre autres essais, réalisés avec la variété Java, sont situés en zone de haute altitude (1 800 m), sur un sol fortement désaturé d'origine volcanique ancienne : un essai de doses croissantes d'azote, un essai factoriel NPK, un essai d'oligo-éléments et un essai factoriel NKZnB. Dans la plupart des essais, l'évolution des propriétés chimiques du sol a été analysée. Parmi les engrais utilisés, le sulfate d'ammoniaque modifie le plus les caractéristiques du sol. L'analyse d'échantillons foliaires montre que l'alimentation des caféiers est fortement modifiée par l'apport de sulfate d'ammoniaque. Les autres engrais entraînent un accroissement dans les feuilles des teneurs en éléments nutritifs qu'ils contiennent et, parfois, une modification de la teneur de quelques autres éléments. Sur les sols fertiles, riches en bases échangeables, le sulfate d'ammoniaque améliore fortement les rendements dès la deuxième année d'application. Pendant la période qui s'étend de la deuxième à la huitième année d'épandage, le maximum de production est obtenu pour un apport de 391 kg de N/ha/an pour le Java et de 459 kg pour le Caturra. L'effet de l'azote se poursuit pendant au moins trois ans lorsque l'apport d'engrais est interrompu. Sur les sols fortement désaturés, le sulfate d'ammoniaque réduit les productions lorsqu'il est appliqué en l'absence de tout autre élément. En revanche, l'apport de potassium entraîne une augmentation des productions (plus 59 %) surtout pendant les premières années. L'application de borax au sol accroît le rendement de 67 % et l'application de sulfate de zinc en pulvérisations foliaires de 22 %. La rentabilité de la fertilisation a été calculée pour différents prix de vente du café. Dans l'expérimentation réalisée sur les sols fertiles, l'influence des engrais sur la croissance des rejets après recépage des vieilles tiges a également été analysée. L'alimentation des caféiers Java et Caturra y est aussi comparée, ainsi que la réaction respective des deux variétés aux apports d'engrais, en ce qui concerne la nutrition minérale et la production. Ces divers essais confortent l'utilité du diagnostic du sol pour déterminer les besoins en phosphore et en cations et pour mieux comprendre les réactions des caféiers aux apports de diverses formules d'engrais. Ils mettent également en évidence l'intérêt du diagnostic foliaire pour identifier les déficiences en oligo-éléments, préjudiciables à la productivité des caféiers. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Coffea arabica, Fertilisation, Facteur lié au site, rendement, Rentabilité, Expérimentation au champ, Engrais azoté, Engrais NPK, Engrais à oligo-éléments, Borax, Zinc, Sulfate de potassium, Facteur édaphique, Facteur climatique, Carence du sol, Analyse de tissus, Feuille, Analyse de sol

Mots-clés géographiques Agrovoc : Cameroun

Mots-clés complémentaires : Diagnostic foliaire

Classification Agris : F04 - Fertilizing
P33 - Soil chemistry and physics

Auteurs et affiliations

  • Bouharmont Pierre

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/315445/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-11-23 ]