Agritrop
Home

Variation de l'évapotranspiration d'un couvert de palmier à huile (Elaeis guineensis Jacq.) soumis à un déficit hydrique saisonnier du sol

Dufrêne E., Dubos Bernard, Rey Hervé, Quencez Pierre, Saugier B.. 1993. Variation de l'évapotranspiration d'un couvert de palmier à huile (Elaeis guineensis Jacq.) soumis à un déficit hydrique saisonnier du sol. Oléagineux, 48 (3) : pp. 105-120.

Journal article ; Article de revue à facteur d'impact
[img]
Preview
Published version - Anglais
Use under authorization by the author or CIRAD.
ID397729.pdf

Télécharger (872kB) | Preview

Titre anglais : Changes in evapotranspiration from an oil palm stand (Elaeis guineensis Jacq.) exposed to seasonal soil water deficits / Titre français : Variacion de la evapotranspiracion de una cubierta de palma aceitera (Elaeis guineensis Jacq.) sometida a un deficit hidrico temporero del suelo

Additional Information : Publié aussi dans "Acta Oecologica", 1992, vol. 13, n. 3, p. 299-314

Abstract : L'évapotranspiration (E) et les pertes par interception nette (In) sont mesurées entre 1988 et 1990 en utilisant une méthode de bilan hydrique appliquée à un rythme hebdomadaire. Des mesures de conductance stomatique, d'indice foliaire et de climatologie sont utilisées pour calculer la transpiration à l'aide de l'équation de Penman-Monteith. En condition d'alimentation hydrique du sol non limitante, l'évapotranspiration représente 81 % de l'évaporation potentielle. Au cours de la forte saison sèche de 1988 les rapports E/Ep et T/Ep ont été abaissés respectivement à 0,56 et 0,35. L'interception nette des précipitations représente 11 % de l'évapotranspiration potentielle au cours de la saison des pluies et 5 % durant la saison sèche. Au cours des trois saisons sèches étudiées, la réserve en eau du sol dans la zone racinaire (5,2 m de profondeur) est restée supérieure à 40 % de la réserve utile. Ceci serait une conséquence de la fermeture précoce des stomates quand la réserve en eau dans les premiers 80 cm de sol (f80) est inférieure à 67 % de la réserve utile. Si elle est inférieure à 35 %, E/Ep décroit rapidement jusqu'à atteindre 0,1 ce qui correspond à une conductance stomatique de 1,5 mms-1

Résumé (autre langue) : Evapotranspiration (E) and interception lasses (in) from a stand of oil palm trees (Elaeis guinernsis Jacq.) were measured weekly from 1988 to 1990 using a water balance method. Stomatal conductance, leaf area index and climatological parameters were measured and used to calculate the rate of transpiration (T) from canopy of oil palm stand using the Penman-Monteith equation. At high values of soil water storage in the root zone the evapotranspiration rate of the stand was 81 % of the potential evaporation (Ep, Penman, 1948; modified by Van Bavel, l 966), the ratio of the transpiration rate to the potential evaporation (T/Ep) varied from 0.69 to 0.72 and the stomatal conductance (g) varied from 6 0 to 6 6 mm s- 1. During the 1988 dry season, which was the more pronounced one, E/Ep and T/Ep were reduced to respectively 0.56 and 0.35. Net interception during rainy and dry season were respectively 11 % and 5 % of the potential evaporation. During the three dry seasons observed, the fraction of extractable water in the rooted zone of the soil (5.2 m deep) remained above 0.4 as a consequence of early stomatal closure which occurred when fractional extractable water of the top 80 cm of soil (f8o) decreased below 0.67. When ho decreased below 0.35, E/Ep decreased sharply to a value of 0.1 corresponding to a stomatal conductance of about 1.5 mm s·1.

Mots-clés Agrovoc : Elaeis guineensis, Évapotranspiration, Couvert, Déficit hydrique du sol

Classification Agris : F61 - Plant physiology - Nutrition

Auteurs et affiliations

  • Dufrêne E.
  • Dubos Bernard
  • Rey Hervé
  • Quencez Pierre
  • Saugier B.

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/397729/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-06 ]