Agritrop
Home

Photosynthèse et productivité du palmier à huile en liaison avec les facteurs climatiques

Dufrêne E., Ochs Robert, Saugier B.. 1990. Photosynthèse et productivité du palmier à huile en liaison avec les facteurs climatiques. Oléagineux, 45 (8-9) : pp. 345-355. International palm oil development conference, Kuala Lumpur, Malaisie, 5 September 1989/9 September 1989.

Journal article ; Notoriété en attente de mise à jour
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
ID429530.pdf

Télécharger (600kB) | Preview

Titre anglais : Oil palm photosynthesis and productivity linked to climatic factors

Abstract : La mesure in situ des échanges gazeux foliaires. au moyen d'une chambre d'assimilation et d'un analyseur à infra-rouge portable, a permis d'étudier l' assimilation nette au sein d'une " lignée témoin " (L2T x D10D) et les variations avec l'âge de la feuille. D'autre part on a pu détailler l'influence des paramètres climatiques tels que· le rayonnement visible (PAR), la température (T), et le déficit de pression partielle en vapeur d'eau de l'air (VPD). Ce travail a été mené en Côte-d'Ivoire, dans des conditions d'alimentation hydrique non limitantes. On a pu mettre en évidence une forte assimilation maximale (23, 7 μmol m - 2 s - L) peu sensible aux fortes températures (jusqu'à 38 "C) ce qui est remarquable pour une espèce de type C3. De plus on a constaté une très forte sensibilité stomatique au VPD qui se traduit par une fermeture précoce et rapide des stomates pour un seuil inférieur à 1 kPa. La forte photosynthèse maximale mesurée associée au caractère pérenne du palmier à huile permettent d'expliquer les importantes productions de matière sèche enregistrées chez cette espèce. Les résultats obtenus complétés par des données bibliographiques ont permis de réaliser un modèle simple de bilan carboné. Ce dernier fonctionne à un pas de temps journalier et suppose l'absence de contraintes hydriques ou minérales Il simule la pénétration du rayonnement dans le couvert végétal, l'assimilation du carbone, la respiration d'entretien, la respiration de croissance et l'accroissement des différents organes végétatifs (aériens et souterrains) et reproductifs. La production de régimes (23 t poids frais ha-1 an- L) simulée par le modèle pour l'année 1988 rend bien compte des productions optimales enregistrées en Côte-d'Ivoire dans les expériences d'irrigation ou dans les zones basses quand l'alimentation hydrique est bonne et les apports d'engrais réguliers. Cette production reste cependant modeste devant les résultats obtenus sur certaines stations d'Asie du sud-est (35 t poids frais ha-1 an- L). En plus de l'effet du VPD susceptible de réduire l'assimilation même en l'absence de déficit hydrique du sol ; le rayonnement reçu en Côte-d'lvo1re est faible de juin à octobre et particulièrement au mois d'août ce qui entraîne un déficit systématique du bilan carboné journalier au cours de cette période. La conjugaison de ces deux facteurs défavorables est susceptible d'expliquer les différences de production maximale qui existent entre l' Afrique de l'ouest et l' Asie du sud-est.(Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : In situ measurement of leaf gas exchanges, using portable assimilation chambers and infra-red analysis equipment, enables the study of nett assimilation within the control progeny (L2T x D10D) and variations according to leaf age. It was also possible to reveal the influence of climatic factors such as: visible light (PAR), temperature (T) and water vapour partial pressure deficit in the air (VPD). This work was carried out in Côte-d'Ivoire, under non-restrictive water supply conditions we were able to reveal high maximum assimilation (23.7 μmol m-2 s-1), little affected by high temperatures (up to 38 "C), which is remarkable for a C3-type species. Moreover, we also noticed very high stomatal sensitivity to VPD which leads to rapid and early stomatal closing at levels below 1 kPa. The high maximum photosynthesis measured, along with the fact that oil palm is a perennial provides an explanation for the significant dry matter yield observed in this species. The results obtained, completed by bibliographical data, enabled us to develop a simple carbon balance model. This operates on a daily basis and supposes the absence of water or mineral constraints. It simulates light penetration of the canopy, carbon assimilation, maintenance respiration, growth respiration and the development of the various vegetative (aerial and underground) and reproductive organs. Bunch production (23 t fresh weight/ha/year), simulated by the 1988 model, conveys well the optimal yields recorded in Côte d'Ivoire in irrigation experiments or in low areas with a good water supply and regular fertilizer applications. These yields are, however, moderate compared with those obtained on certain stations in southeast Asia (35 t fresh weight/ha/year). As well as the effect of VPD, which tends to reduce assimilation even when there is no soil water deficit, sunlight figures for Côte-d'Ivoire are low from June to October, and particularly m August, which automatically leads to a deficit in the daily carbon balance during this period. These two unfavourable factors combined may explain the variations in maximal yield between west Africa and southeast Asia. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Elaeis guineensis, Photosynthèse, Couvert, Climat, rendement, Modèle

Mots-clés géographiques Agrovoc : Côte d'Ivoire

Classification Agris : F61 - Plant physiology - Nutrition

Auteurs et affiliations

  • Dufrêne E.
  • Ochs Robert
  • Saugier B.

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/429530/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-11-25 ]