Agritrop
Home

Influence de l'élagage à différents niveaux sur la production du palmier à huile

Calvez Claude-Hervé. 1976. Influence de l'élagage à différents niveaux sur la production du palmier à huile. Oléagineux, 31 (2) : pp. 53-58.

Journal article ; Notoriété en attente de mise à jour
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
ID439763.pdf

Télécharger (338kB) | Preview

Titre anglais : Influence on oil palm yield of pruning at different levels

Matériel d'accompagnement : 1 micro-fiche numéro CP_HO760008

Abstract : Pour réduire les populations de Coelaenomenodera elaeidis sans détruire le cortège parasitaire de cet insecte, il est possible de recourir à un élagage sévère des arbres au cours du cycle larvaire. On a mesuré les effets d'un élagage très sévère (jusqu'à la feuille de rang 1) et d'un élagage modéré (jusqu'à la feuille 17) effectués une seule fois au début de l'expérience, sur l'évolution de la production par rapport à un témoin entretenu normalement (environ 35 feuilles). La production diminue très rapidement pour atteindre un minimum relatif de 59 p. 100 (feuille 17) et de 3 p. 100 (feuille 1) du témoin non élagué 12 à 15 mois après élagage. En cumulé sur 3 ans, les pertes de production s'élèvent respectivement à 8 t de régimes/ha (feuille 17) et à 26 t (feuille 1) soit 16 et 56 p. 100 de la production du témoin non élagué; le bilan n'est pas encore définitif puisque les pertes s'élevaient encore à 10 p. 100 et à 58 p. 100 du témoin au cours de la troisième année d'observation. L'importance de ces pertes donne par ailleurs une idée approximative des conséquences d'une défoliation provoquée par le Coelaenomenodera lui-même : les fortes défoliations consécutives à une pullulation peuvent donc se traduire par des pertes considérables mais l'allure de la courbe des pertes en fonction de la sévérité de l'élagage montre qu'une défoliation de 20 à 30 p. 100 n'a pas de conséquence très sévère (5 p. 100 de perte environ sur 3 ans)

Résumé (autre langue) : To reduce populations of Coelaenomenodera elaeidis without destroying its parasite complex, it is possible to resort to severe pruning of the trees during the larval cycle. A trial with the abject of measuring the consequences of such a treatment on oil palm yield was set up in the Ivory Coast in 1973; measurements ,were made of the effects of very severe (up to frond 1) and moderate (up to frond 17) pruning, done once at the beginning of the experiment, on the evolution of yield by comparison with a normally maintained control (about 35 leaves). Yield falls very rapidly, to reach a relative minimum of 59 p. 100 (frond 17) and 3 p. 100 (frond 1) of the unpruned control 12-15 months after pruning. Cumulatively over three years yield losses amount to 8 tons/bunches/ha (frond 17) and 26 tons (frond 1), or 16 and 56 p. 100 of the yield of the unpruned control. The balance is still not final, as losses, were still 10 and 58 p. 100 of the control in the third year of observation. Furthermore, the amplitude of these losses gives an approximate idea of the consequences of defoliation by Coelaenomenodera itself: severe defoliation resulting from a pullulation can lead. therefore, to considerable losses, but the aspect of the loss curve in function of the degree of pruning shows that a 20-30 p. 100 defoliation does not have very serious consequences (about 5 p. 100 losses over 3 years). These fin<lings w1ll be a useful aid to decis10n-making in case of an attack. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Elaeis guineensis, Taille, Défoliation, Coelaenomenodera, rendement, Lutte anti-insecte

Mots-clés géographiques Agrovoc : Côte d'Ivoire

Auteurs et affiliations

  • Calvez Claude-Hervé

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/439763/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-11-24 ]