Agritrop
Home

Le cocotier et l'aménagement des bas-fonds en Moyenne Côte d'Ivoire

Darbin T., Pomier M., De Taffin Gabriel. 1983. Le cocotier et l'aménagement des bas-fonds en Moyenne Côte d'Ivoire. Oléagineux, 38 (4) : pp. 231-242.

Journal article ; Notoriété en attente de mise à jour
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
ID453748.pdf

Télécharger (634kB) | Preview

Titre anglais : The coconut palm and the improvement of valley bottoms in the Middle Ivory Coast / Titre français : El cocotero y la adecuación de hondonadas en Costa de Marfil media

Abstract : Dix années de recherches sur quatre points d'essais situés à l'intérieur de la Côte-d'Ivoire et sept années de vulgarisation auprès des planteurs villageois de cette même région pour la réalisation d'un programme de plantation de 2 500 ha, ont permis de mettre en évidence des zones très favorables à la culture du cocotier. Celles-ci sont situées sur les bas de pente en bordure de bas-fonds hydromorphes. Le sol est sableux et pourvu d'une nappe phréatique peu profonde qui assure aux cocotiers une alimentation hydrique complémentaire pendant la saison sèche. Cette bande favorable à la culture du cocotier a environ 50 m de large. Le cocotier peut donc avoir sa place dans une ferme à côté du riz cultivé dans le bas-fond, qui a l'avantage de stabiliser le niveau de la nappe phréatique. Le café et le cacao sont cultivés sur le plateau aux sols plus argileux. Des cultures vivrières peuvent être associées au cocotier au jeune âge, auxquelles succédera ultérieurement une couverture de Pueraria utilisable pour le pâturage des moutons. Dans de telles situations, le cocotier hybride PB-121 produit 3 t de coprah/ha; la journée de travail est valorisée à 1 800 F. CFA. Une prospection, faite en Moyenne Côte-d'Ivoire, a montré l'existence d'environ 800 000 ha de terres cultivables en cocotiers dans les conditions décrites ci-dessus

Résumé (autre langue) : Ten years of research at four test points situated in inland areas of the Ivory Coast, and seven years' extension amongst local planters in the same regions for the establishment of a planting programme of 2,500 ha, have revealed the existence of very suitable zones for the cultivation of coconut palms. These are situated at the foot of slopes on the edge of hydromorphous valley bottoms. The soil is sandy, the water table is near the surface, thus ensuring an additional water supply for the coconut palms du ring the dry season. The zone suitable for coconut palm cultivation is approximately 50 m wide. The coconut palm can be grown in a farm next to the rice cultivated in the valley bottom, which has the advantage of stabilizing the level of the water table. Coffee and cocoa are grown on the more clayey soils of the plateau. Food crops can be grown in association with the young coconut palms, followed later by a cover of Pueraria, which can be used for grazing sheep. In these conditions, the PB-121 hybrid coconut palm produces 3t copra/ha; one day's work is worth 1,800 F. CFA. A survey undertaken in the Middle Ivory Coast has shown the existence of approximately 800,000 ha of land suitable for cultivating the coconut palm under the conditions described above. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Cocos nucifera, Sol, Propriété physicochimique du sol, Sol de bas-fond

Mots-clés géographiques Agrovoc : Côte d'Ivoire

Mots-clés complémentaires : Aménagement du sol

Auteurs et affiliations

  • Darbin T.
  • Pomier M.
  • De Taffin Gabriel

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/453748/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-08 ]