Agritrop
Home

Chasse de subsistance sur un front pionnier amazonien : le cas d'Uruara

Bonaudo Thierry, Le Pendu Yvonnick, Chardonnet Philippe, Jori Ferran. 2001. Chasse de subsistance sur un front pionnier amazonien : le cas d'Uruara. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux, 54 (3-4) : pp. 281-286.

Journal article ; Article de revue à comité de lecture
[img]
Preview
Published version - Français
License Licence Creative Commons.
ID509716.pdf

Télécharger (1MB) | Preview

Titre anglais : Subsistence hunting on a pioneer front of Amazonia : case of Uruara / Titre espagnol : Caza de subsistencia en un frente pionero en el Amazonas : el caso de Uruara : el caso de Uruara

Abstract : La chasse, bien qu'interdite, est largement pratiquée par les populations rurales installées le long de la route transamazonienne. En 1997, un diagnostic de cette chasse de subsistance a été réalisé dans la commune d'Uruarà au Brésil. Les trois techniques de chasse couramment utilisées ont été la battue, l'affût et le piège. Chacune a permis d'exploiter préférentiellement un type de gibier. Malgré l'emploi de techniques de chasse rudimentaires, 62 p. 100 des sorties ont été fructueuses. Le rayon d'action maximum d'un chasseur a été de cinq kilomètres autour de son domicile, ce qui a délimité un territoire de chasse de 80 km2. Le nombre d'espèces exploitées a été faible: le paca (Agouti paca), les cervidés (Mazama sp.) et le pécari à collier (Tayassu tajacu) ont fourni plus de 70 p. 100 de la viande de chasse. Le Mazama rouge (Mazama americana), espèce favorite, et le paca ont subi la plus forte pression de chasse. En plus d'un rôle social et ludique, la chasse a une réelle importance alimentaire. La consommation moyenne de viande de gibier a varié de 36 à 45,9 g par individu par jour (soit 13,1 à 16,7 kg par individu par an) respectivement selon l'origine citadine ou rurale des chasseurs. L'activité cynégétique n'a pas semblé être le facteur essentiel de la perte de biodiversité qui serait plutôt liée à la transformation de l'écosystème forestier en zones agricoles: les habitats sont morcelés, engendrant une diminution de la biodivesité. La gestion participative de la faune et le développement de nouvelles activités telles que l'élevage d'animaux sauvages peuvent participer à la conservation des ressources naturelles. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Chasse, Agouti, Tatou, Faune et flore sauvages, Protéine animale, Protection de l'environnement

Mots-clés géographiques Agrovoc : Brésil, Amazonie

Classification Agris : L20 - Animal ecology

Auteurs et affiliations

  • Bonaudo Thierry, CIRAD-TERA-TH (FRA)
  • Le Pendu Yvonnick, UFPA (BRA)
  • Chardonnet Philippe, CIRAD-EMVT-ECONAP (FRA)
  • Jori Ferran, CIRAD-EMVT-ECONAP (FRA) ORCID: 0000-0001-5451-7767

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/509716/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-02-26 ]