Agritrop
Home

Contribution à la caractérisation phasaire de Nomadacris septemfasciata à Madagascar : étude expérimentale - 1 ère partie

Luong-Skovmand My-Hanh, Rabesisoa Lalaina Fenomanana. 2003. Contribution à la caractérisation phasaire de Nomadacris septemfasciata à Madagascar : étude expérimentale - 1 ère partie. In : Appui scientifique pour une étude écologique du criquet nomade à Madagascar dans le cadre du projet PCLA (17 janvier au 22 février 2003). Luong-Skovmand My-Hanh. CIRAD-AMIS-PROTECTION DES CULTURES, CNA. Montpellier : CIRAD-AMIS, pp. 8-25.

Section of report
Full text not available from this repository.

Abstract : Il est généralement considéré que le criquet nomade n'est présent au Sud de Madagascar que dans ses formes solitaire et transiens car il n'aurait jamais trouvé dans le passé de situations qui le contraignent à devenir véritablement grégaire (Zolotarevsky 1939, Frappa 1935, Têtefort & Wintrebert,1963,1967; Randrianasolo, 1978). Si dans le passé des pullulations larvaires et des essaims lâches ont pu parfois être observés dans le Sud et ont pu justifier des actions de lutte, notamment dans des cultures de maïs. Le niveau d'infestation de cet acridien a vraiment pris de l'ampleur ces dernières années. Il avait, en particulier, pu profiter de la multiplication du Locusta, à l'origine de la dernière invasion de 1996 à 1998, en se mêlant aux essaims et en accroissant ainsi ses chances de grégariser (Franc & Duranton, 2001 a,b). Les densités dans le Sud n'ont jamais dépassé quelques milliers à l'hectare et les individus capturés sont restés solitaires alors que dans les régions du Nord on assiste depuis quelques années à un accroissement régulier des densités qui ont atteint en 2002, dans la région d'Antsohy et de Mandritsara, quelque 70 000/ ha avec formation de bandes larvaires et de petits essaims. Il apparaît dès lors important de pouvoir reconnaître les formes solitaires, transiens et grégaires du Criquet nomade malgache afin de cerner les seuils de densité sensibles induisant la transformation phasaire de ce taxon. Pour révéler ces phénotypes phasaires, des insectes ont été soumis expérimentalement à des densités très contrastées et les résultats ont ensuite été confrontés à des données provenant de situations de terrain. Le Criquet nomade ne développant qu'une génération par an avec une longue diapause de saison sèche, nous nous proposons de vérifier si un regroupement très dense de jeunes larves est suffisant pour provoquer des modifications morphologiques au cours de leur développement ou si ce regroupement devait aussi se produire à la génération précédente, au niveau parental. Les mesures établies sur les larves conditionnées expérimentalement nous permettront de comparer nos observations avec celles d'autres auteurs travaillant en Afrique et à Madagascar pour confirmer ou infirmer que les formes obtenues sont de type grégaire/groupé - transiens ou isolé/solitaire. Dans l'affirmative il est alors possible de considérer nos phénotypes comme premières indications des formes groupées et isolées du Criquet nomade. Ces travaux ont été menés pendant la saison des pluies 2001 et 2002 par la CROE, cellule de recherche opérationnelle et environnementale du Centre National Antiacridien de Betioky Sud, dans le cadre du PCLA, projet français de contribution à la lutte antiacridienne. (Résumé d'auteur)

Classification Agris : H10 - Pests of plants
L52 - Animal physiology - Growth and development

Auteurs et affiliations

  • Luong-Skovmand My-Hanh, CIRAD-AMIS-PROTECTION DES CULTURES (FRA)
  • Rabesisoa Lalaina Fenomanana, CNA (MDG)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/516295/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-04 ]