Agritrop
Home

Acquis, limites et perspectives de la microfinance en tant qu'outil de financement du développement rural et agricole : l'expérience de l'Afrique de l'Ouest

Wampfler Betty. 2002. Acquis, limites et perspectives de la microfinance en tant qu'outil de financement du développement rural et agricole : l'expérience de l'Afrique de l'Ouest. In : Rapport annuel du CTA 2001. CTA. Wageningen : CTA ISBN 92-9081-257-5

Book chapter
Full text not available from this repository.

Abstract : Depuis une quinzaine d'années, la microfinance connaît un développement important dans la plupart des pays du Sud. Ce développement a été engagé avec un double objectif: lutter contre la pauvreté en fournissant aux populations qui n'ont pas accès aux banques classiques des services financiers durables, capables de soutenir leurs activités économiques et processus d'accumulation. Avec la faillite des banques de développement et le désintérêt des banques classiques pour le secteur rural, la microfinance devient une alternative forte pour le financement du monde rural. Cependant, malgré, son développement récent et sa forte proximité avec le monde rural, on observe que la microfinance n'apporte qu'une réponse très partielle aux besoins du financement des agricultures familiales. Elles ont besoin de s'intensifier, de se moderniser, de financer l'innovation technique et organisationnelle. Leur seule capacité d'autofinancement ne suffit pas à financer cette modernisation : financement des activités productives agricoles, des infrastructures, des services d'appui... Ces besoins sont de nature différente et ne relèvent pas des mêmes dispositifs de financement : alors que les activités productives agricoles peuvent être financées par des services financiers tels le crédit et l'épargne, le financement des infrastructures et des services d'appui relève d'autres dispositifs comme les subventions et les mécanismes de redistribution. Les agricultures familiales ont non seulement besoin de crédit de court terme (pour la campagne, l'embouche, la soudure), de moyen terme (pour l'équipement) et de long terme (pour l'équipement lourd, les plantations), mais aussi de formes d'épargne adaptées et de services d'assurance. Avec la modernisation agricole, de nouveaux besoins apparaissent tel le financement des organisations paysannes ou des "petits entrepreneurs agricoles" qui, tout en s'inscrivant dans une logique de marché, ont des activités trop limitées pour intéresser les banques. C'est donc à cette diversité et à cette complexité des besoins de services financiers des agricultures familiales qu'il s'agit de répondre. La libéralisation du secteur agricole qui se généralise va amplifier ces besoins : dans quelle mesure la microfinance, dans sa diversité et sous contrainte de pérennisation, est-elle capable de répondre à l'ampleur des besoins de services financiers des agricultures familiales dans un contexte de libéralisation ? Cet article aborde la question dans le contexte de l'Afrique de l'Ouest. Après un bref historique du développement de la microfinance, il analyse les acquis et les limites de la microfinance rurale et de sa contribution au financement de l'agriculture en Afrique de l'Ouest. Dans la dernière partie, il esquisse les principales voies d'amélioration de l'apport de la microfinance au financement de l'agriculture. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Financement, Subvention, Crédit, Épargne, Exploitation agricole familiale

Mots-clés géographiques Agrovoc : Afrique occidentale

Classification Agris : E13 - Investment, finance and credit

Auteurs et affiliations

  • Wampfler Betty, CIRAD-TERA-AF (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/517902/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-05 ]