Agritrop
Home

Communal game ranching in Zimbabwe : octroi de pouvoirs aux communautés rurales locales et production durable de viande de gibier

Le Bel Sébastien, Gaidet Nicolas, Mutake Snoden, Le Doze Solène, Nyamuguré T.. 2004. Communal game ranching in Zimbabwe : octroi de pouvoirs aux communautés rurales locales et production durable de viande de gibier. Game and Wwildlife Science, 21 (3) : pp. 275-290. Symposium international sur l'utilisation durable de la faune sauvage. 6, Paris, France, 6 July 2004/9 July 2004.

Journal article ; Article de revue sans comité de lecture
Full text not available from this repository.

Titre français : Ranching communal de gibier au Zimbabwe : octroi de pouvoirs aux communautés rurales locales et production durable de viande de gibier

Abstract : Le développement du ranching de gibier, comme alternative de mise en valeur des zones semi-arides et peu productives, a été encouragé en Afrique Australe par un environnement législatif approprié. Au Zimbabwe, l'impulsion fut ainsi donnée en 1960 en accordant aux propriétaires terriens blancs le droit de propriété et d'usufruit de la faune sauvage. Les principes de base de cette politique étaient l'utilisation durable de la faune sauvage et la délégation des responsabilités des ressources fauniques aux propriétaires fonciers. Après l'indépendance acquise en 1980, les droits d'usage du la faune sauvage ont été étendus aux zones rurales. Le programme d'aménagement des zones communales pour les ressources indigènes (CAMPFIRE) a piloté cette extension. Malgré l'initiative du CAMPFIRE, le ranching de gibier ne s'est pas développé en zone communale en raison d'un régime foncier peu adapté. Depuis 1997, le Projet Biodiversité s'est attaché à promouvoir la gestion des ressources naturelles dans le district de Guruve au nord-est du Zimbabwe. Un des microprojets retenus fut la création d'un ranch communautaire de gibier (le ranch "Gonono" situé dans la juridiction 4, ou ward 4, du district) destiné à approvisionner les communautés en viande. Depuis sa création en 1999, ce ranch de 32 km2, établi dans une savane arborée mixte à mopane, Colophospermum mopane, et acacia, Acacia nilota, a acquis sa propre expérience par étapes successives et une gestion appropriée. La capacité de charge économique du ranch a été estimée à 230 UGB (Unités Gros Bétail). Étant donnée la faible population initiale de gibier (25-50 grands mammifères), 520 impalas, Aepyceros melampus, et 200 individus d'autres espèces de gros gibiers de plaine ont été introduites de 1999 à 2002. Depuis 2002, le 'ranch, en capacité de charge optimale, est géré par une équipe locale, qui a été formée au suivi des animaux, à la gestion des points d'eau et à la pratique des feux précoces. En 2003, la récolte de gibier, pratiquée en saison sèche (70%), a permis de prélever 133 animaux, en particulier des impalas (82%), des gnous à queue noire, Connochaetes taurinus (12%) et des zèbres de Burchell, Equus burchelli (4%) sur un quota initial de 165 animaux. La plupart des prélèvements ont été effectués de jour à l'aide de pièges de capture disposés autour des points d'eau. En 2002-2003, les impalas prélevés (n = 96) étaient principalement des mâles (89%), adultes ou sub-adultes (92%) avec un poids vif moyen de 48 kg ± 1 (erreur type) (n = 50) et un poids de carcasse moyen de 29 kg ± 1 (erreur type) (n = 49) pour le mâle adulte. Chez les impalas, la mesure du périmètre thoracique a permis de prédire le poids de la carcasse. Cinq tonnes de viande ont été produites, 20% a été distribué aux employés du ranch et 80% a été vendu localement au prix moyen de 0,5 $US du kg. En 2003, le coût de fonctionnement et de maintenance du ranch a été estimé à 12 170 $US (380 US$ du km2). Les recettes ont été de 10 138 $US en provenance de la chas-se sportive (65%), de la vente de viande (33%) et d'autres activités (2%). Elles n'ont couvert que 83% des besoins du ranch en raison de la réalisation de seulement un tiers du quota de chasse. En 2004, son nouveau statut de coopérative communautaire permettra au ranch d'augmenter son capital grâce à l'actionnariat local mais aussi de renégocier ses accords avec les compagnies de safari. Avec la vente de 47 trophées produisant 5 tonnes de viande le ranch devrait générer 23 000 $US de recettes lui permettant de couvrir ses frais de fonctionnement. Un quota de récolte de 70 impalas augmentera la production de viande de 2 tonnes vendues à 2 $US du kg. Le principal enjeu du ranch est de concilier sa rentabilité économique avec sa vocation de production de viande à faible coût. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Faune et flore sauvages, Viande, Chasse, Communauté rurale, ressource

Mots-clés géographiques Agrovoc : Zimbabwe

Mots-clés complémentaires : Ranching

Classification Agris : L20 - Animal ecology

Auteurs et affiliations

  • Le Bel Sébastien, CIRAD-EMVT-ECONAP (ZWE)
  • Gaidet Nicolas, CIRAD-EMVT-ECONAP (FRA)
  • Mutake Snoden, Guruve Rural District Council (ZWE)
  • Le Doze Solène, CIRAD-EMVT-ECONAP (FRA)
  • Nyamuguré T.

Autres liens de la publication

  • Localisation du document : BA_Y20 CHA 4407A [(Bibliothèque de Baillarguet)]

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/529904/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-04 ]