Agritrop
Home

Conserver l'agrobiodiversité pour la stabilité de la production agricole

Bazile Didier, Soumaré Mamy, Dembele Jacques. 2004. Conserver l'agrobiodiversité pour la stabilité de la production agricole. In : La biodiversité agricole en Afrique de l'Ouest. Situation actuelle, expériences et perspectives, expériences et perspectives. Atelier régional sur la biodiversité agricole, Bamako, du 15 au 19 décembre 2003. Nill, Dieter. Rome : FAO Atelier régional sur la biodiversité agricole, Bamako, Mali, 15 December 2003/19 December 2003.

Paper without proceedings
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_533033.pdf

Télécharger (938kB) | Preview

Abstract : Dans la zone cotonnière du Mali, la culture des céréales s'intensifie rapidement. En raison de la faible productivité des variétés locales, les agriculteurs se tournent vers le maïs qui valorise mieux les intrants. Cette culture est devenue récemment la céréale dominante au sud de la zone cotonnière. Son développement concurrence fortement les céréales traditionnelles. Pour enrayer la disparition des céréales locales, le défi à relever consiste à remonter leur productivité pour en faire une alternative plausible dans un système de culture intensifié. Notre étude se situe dans la zone de Koutiala à la limite nord de l'aire d'extension du maïs (900 mm de pluviométrie annuelle). Pour limiter le risque hydrique important sur maïs, la stratégie adoptée par les paysans consiste à semer celui-ci sur les terres les plus profondes du bas glacis (meilleure fertilité et meilleure réserve hydrique). De plus, la saturation de l'espace agricole limite les nouvelles défriches aux zones difficiles à mettre en valeur par l'agriculture et où seuls le mil et le sorgho offrent une espérance de rendement. Le sorgho est alors marginalisé sur les moins bonnes terres du fait de sa rusticité. Le recherche d'une rente immédiate via le maïs et le coton fait oublier la rentabilité incertaine de ces cultures. II faut donc repenser à la parcelle l'opportunité de chaque culture pour concevoir un système de production agricole optimisé et durable. Cela revient à se poser la question: faut-il opter pour une faible productivité mais stable dans le temps (avec les céréales traditionnelles) ou pour une forte productivité avec un risque non géré par toutes les exploitations agricoles (pour le maïs)? Notre discussion est centrée sur le lien entre la dégradation des terres (baisse de fertilité) et la baisse de productivité agricole. L'analyse spatiale montre que cette dernière peut simplement être le reflet d'une mise en valeur de terres de plus en plus impropres à l'agriculture. La dispersion/stabilité des rendements, pour le maïs et pour le sorgho, est analysée en termes de coût d'opportunité des céréales. La diversité des écotypes de sorgho présente alors un avantage comparatif sur le maïs pour mettre en valeur les différents écosystèmes de l'exploitation agricole. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : céréale, Variété indigène, maïs, Intensification, Productivité, Sorgho, Dégradation de l'environnement, Écosystème

Mots-clés géographiques Agrovoc : Mali

Classification Agris : F08 - Cropping patterns and systems
E16 - Production economics
P01 - Nature conservation and land resources

Auteurs et affiliations

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/533033/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-11-22 ]