Agritrop
Home

Parc national de Zakouma : estructura de las masas lenosas en las sabanas explotadas por los elefantes

Poilecot Pierre, Boulanodji Edouard, Taloua Nicolas, Djimet Bechir, Singa Jacob. 2006. Parc national de Zakouma : estructura de las masas lenosas en las sabanas explotadas por los elefantes. Bois et Forêts des Tropiques (290) : pp. 45-59.

Journal article ; Article de revue à comité de lecture Revue en libre accès total
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_534925.pdf

Télécharger (1MB) | Preview

Titre anglais : The Zakouma national park : structure of woodland stands in savannah lands used by elephants / Titre espagnol : Parque nacional de Zakouma : estructura de las masas lenosas en las sabanas explotadas por los elefantes

Abstract : Le parc national de Zakouma (sud-est du Tchad, secteur soudano-sahélien) est soumis à des inondations annuelles, de juillet à octobre, qui conditionnent le fonctionnement des écosystèmes. Ces inondations obligent les grands mammifères à effectuer des migrations saisonnières et permettent à la végétation de se régénérer. Malgré une forte densité d'animaux sauvages, en particulier d'éléphants, la végétation de l'aire protégée demeure dans un bon état de conservation. Elle est représentée par des savanes à Acacia seyal, des savanes à Combretaceae et des savanes herbeusesmarécageuses. De récents inventaires, conduits dans une savane à Acacia seyal et une savane à Combretaceae, montrent que la première est constituée d'un peuplement pratiquement monospécifique, avec une contribution spécifique voisine de 80% pour les acacias. Ceux-ci sont principalement associés à Balanites aegyptiaca, Combretum aculeatum et Piliostigma reticulatum. La savane à Combretaceae est beaucoup plus diversifiée et formée d'une mosaïque de peuplements plus ou moins denses. Elle est dominée par Combretum aculeatum, C. glutinosum, Stereospermum kunthianum, Balanites aegyptiaca, Piliostigma reticulatum, Cadaba farinosa et localement par Terminalia avicennioides et Guiera senegalensis. La densité des ligneux dans la savane à Acacia seyal est relativement faible, avec 120 individus/ha, alors qu'elle atteint 305 pieds/ha dans la savane à Combretaceae. Les hauteurs et diamètres respectifs moyens sont de 4,6 m et 10 cm dans la savane à Acacia et 3,15 m et 6,7 cm dans la formation à Combretaceae. La régénération des espèces ligneuses est en général bonne, bien que plus faible dans la savane à Acacia seyal. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Parc national, Éléphant d'afrique, Savane, Écosystème, peuplement forestier, Composition botanique, Biodiversité, Espacement, Régénération naturelle

Classification Agris : L20 - Animal ecology

Axe stratégique Cirad : Axe 6 (2005-2013) - Agriculture, environnement, nature et sociétés

Auteurs et affiliations

  • Poilecot Pierre, CIRAD-EMVT-UPR Faune sauvage (FRA)
  • Boulanodji Edouard, Projet CURESS (TCD)
  • Taloua Nicolas, Projet CURESS (TCD)
  • Djimet Bechir, Projet CURESS (TCD)
  • Singa Jacob, Projet CURESS (TCD)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/534925/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-02 ]