Agritrop
Home

Les plantes de couverture en verger : [Résumé 2006]

Damas Olivier, De Roffignac Laure, Le Bellec Fabrice, Tournebize Olivier, Cabidoche Yves-Marie, Ozier Lafontaine Harry. 2006. Les plantes de couverture en verger : [Résumé 2006]. In : La production fruitière intégrée en verger en Guadeloupe. Intégration de la biodiversité dans les systèmes de culture : résumés des interventions, Vieux-Habitants (Guadeloupe), 9 novembre 2006. Le Bellec Fabrice. CIRAD-FLHOR-UPR Production fruitière. Montpellier : CIRAD, Résumé, 1 p. Journée sur la Production Fruitière Intégrée en Guadeloupe, Vieux-Habitants, Guadeloupe, 9 November 2006.

Paper without proceedings
Full text not available from this repository.

Abstract : Comme leur nom l'indique, les plantes de couverture assurent une couverture du sol. L'intérêt de cette pratique est multi-fonctionnelle. Elle constitue en premier lieu un outil de gestion de l'enherbement mais peuvent contribuer à certaines améliorations aussi bien agronomiques qu'environnementaux (apport de matière organique, éventuellement d'azote, lutte contre l'érosion, refuge de faune auxiliaire, usage moindre d'herbicides). En terme de gestion de l'enherbement, le principe d'action des plantes de couverture diffère de celui des herbicides. Tout verger, comme toute parcelle agricole est soumis à une pression de recolonisation par des plantes pionnières indésirables, qualifiées communément de " mauvaises herbes " ou " d'adventices ". Avec un herbicide, on élimine la population d'adventices. Toutefois le sol mis à nu constitue un terrain favorable à une nouvelle recolonisation du milieu. Il faudra renouveler l'usage d'herbicides périodiquement. Quant aux plantes de couverture, elles interfèrent directement sur la dynamique de recolonisation du milieu, principalement par un effet permanent d'occultation (réduction de la quantité et de la qualité de la lumière au sol). D'autres facteurs jouent également un rôle, à savoir compétition pour les nutriments, phénomènes d'allélopathie (synthèse de molécules inhibitrices de la croissance des plantes voisines et de la germination des semences), température, humidité, etc. Le CIRAD et l'INRA ont mis en place (i) une démarche de prospection en plantes de couverture adaptée aux besoins spécifiques des vergers guadeloupéens, (ii) accompagnée par la mise en place d'essais en station et chez les agriculteurs. La spécificité des vergers (climats, culture pérenne, interventions dans le verger) nécessite une prospection cadrée et précise des plantes de couverture susceptibles d'être utilisées. Les critères suivants ont ainsi été retenus : plante pérenne ou autorégénérante, hauteur limitée à 40 cm, tolérante à la sécheresse, non volubile au possible, port non érigé, essence déjà présente en Guadeloupe. Trente essences parmi les graminées (Poacées) et légumineuses (Fabacées) ont ainsi été recensées. Beaucoup d'entres elles ne sont pas disponibles commercialement ou présentent des difficultés d'utilisation. A ce jour, les principaux intérêts en terme d'expérimentation se tournent vers Macroptilium atropurpureum, Neonotonia wightii, Stylosanthes guianensis et S. hamata, Desmodium intortum, Vigna unguiculata, Cassia rotundifolia (Fabacées) et Cynodon dactylon (Poacées). Ce travail de prospection et de collecte est toujours en cours. Chaque essence collectée est implantée en parcelle conservatoire pour observation, démonstration et multiplication. En parallèle de cette prospection, deux types d'essais de longue durée (plus de 5 ans) sont mis en place. Le premier, chez un agrumiculteur de Vieux-Habitants, compare l'usage d'une couverture végétale de Macroptilium atropurpureum avec la pratique actuelle de l'agriculteur (herbicide Glyphosate tous les deux mois, verger avec forte pente). L'objectif ici est d'appréhender l'impact de cette couverture végétale sur la population d'adventices (suivi de l'enherbement), sur les fruits (rendement et qualité), les arbres (concurrence en eau et sels minéraux) et le verger (suivi des ravageurs et maladies, suivi des propriétés agronomiques des sols, suivi de l'érosion). Cet essai récent (moins d'un an) ne révèle pas à ce jour de différence significative entre les deux modes de gestion. Il dresse pour l'heure l'état initial du verger, référence nécessaire pour exploiter au mieux les résultats à venir. Toutefois en terme de gestion de l'enherbement, la plante de couverture montre déjà son efficacité malgré une tendance à la volubilité. La plante occupe la presque totalité de la surface. La colonisation par les adventices est inhibée et les adventices déjà présentes cèdent peu à peu leur place à la plante de couverture. Le deuxième type d'essai cherche à définir que

Classification Agris : F01 - Crop husbandry

Auteurs et affiliations

  • Damas Olivier, CIRAD-FLHOR-UPR Production fruitière (GLP)
  • De Roffignac Laure, CIRAD-FLHOR-UPR Production fruitière (GLP)
  • Le Bellec Fabrice, CIRAD-FLHOR-UPR Production fruitière (GLP) ORCID: 0000-0001-8145-7560
  • Tournebize Olivier, INRA (GLP)
  • Cabidoche Yves-Marie, INRA (GLP)
  • Ozier Lafontaine Harry, INRA (GLP)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/535126/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-04 ]