Agritrop
Home

Etude de cas sur la récupération des sols dégradés dans le plateau central du Burkina Faso : un chemin vers une agriculture durable

Barro Albert, Zougmoré Robert B., Maraux Florent, Dugué Patrick. 2007. Etude de cas sur la récupération des sols dégradés dans le plateau central du Burkina Faso : un chemin vers une agriculture durable. In : AIDA Conference, Agricultural Innovation in Dryland Africa, Accra, Ghana, 22-24 january 2007. CIRAD, FARA, CTA. s.l. : s.n., 6 p. AIDA Conference, Accra, Ghana, 22 January 2007/24 January 2007.

Paper without proceedings
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_536931.pdf

Télécharger (255kB) | Preview

Titre anglais : Case study on the rehabilitation of degraded soils in the central plateau of Burkina Faso

Abstract : Dans les régions Centre et Nord du Burkina Faso, les superficies de sol dégradés et dénudés (zippélé) sont considérables (plus de 24% de la surface agricole totale). Ce phénomène contribue à diminuer les surfaces agricoles utiles et le niveau de la production, plongeant ainsi les producteurs dans la pauvreté d'abord, et les poussant vers l'émigration. Dans la province du Zondoma une récente étude montre une progression des terres très dégradées de 9,43% entre 1992 et 2002. Les sols dégradés atteindraient actuellement 50000 ha dans cette province. Le zaï manuel est une technique traditionnelle de récupération des sols dénudés qui consiste à creuser à l'aide de pioche ou de daba, des cuvettes de 20 à 40 cm de diamètre et de 10 à 15 cm de profondeur. La terre excavée est rejetée en croissant vers l'aval de la cuvette, pour retenir les eaux de ruissellement. Une poignée de fumier ou de compost (300 g) est ensuite déposée dans la cuvette. Toutefois, sa mise en oeuvre requiert une main d'oeuvre importante (300 h/ha). Grâce à cette technique, le phénomène de dégradation des sols semble avoir été ralenti au Nord du pays, sans qu'on puisse dire encore que la tendance s'est inversée. Le zaï mécanique permet de réaliser les cuvettes grâce aux passages croisés en sol sec des dents RS8 ou IR12 montées sur le bâti d'un outil aratoire à traction bovine, asine ou équine. Le premier passage est fait dans le sens de la pente et le second passage est opposé à la pente et croise le premier. L'intersection des croisements constitue les cuvettes de zaï. Cette technique est sept fois plus rapide que l'opération manuelle. En outre, ses effets sur le sol et la production de la culture sont considérables (+40% de paille et +34% de grain comparée au zaï manuel). La pratique permet une bonne croissance d'espèces ligneuses comme le Piliostigma reticulatum qui accroît la production de biomasse et améliore la fertilité du sol. La technique est destinée aux petits producteurs des zones semi arides et arides qui ont de petites superficies (3-5 ha) et qui disposent d'un outil aratoire en traction animale. L'INERA, en collaboration avec des partenaires (PDCL/SAZ, CFFA, partenaires du Nord) est en train de diffuser la mécanisation du zaï par le canal des paysans innovateurs. Cette technique en plus de la récupération rapide des zones dégradées, pourrait permettre un accroissement des revenus des producteurs. L'augmentation de la production des exploitations permettrait d'atteindre dans bien de cas l'autosuffisance alimentaire. Avec un gain moyen de 150 000 cfa/ha, la mise en valeur des 50000 ha de terres dégradées rapporterait près de 7,5 milliards de cfa aux exploitations. L'action commencée dans les villages du centre et du nord du pays depuis ces 5 dernières années a touché au moins 20 villages, 500 producteurs et 11 artisans (pour la fabrication de l'outil de travail du sol à sec). Les actions s'étendront à 104 villages dans la province du Zondoma en 2007. Il est ressorti des expériences du passé qu'une action conjointe et concertée de la part des chercheurs, ONG, organisations paysannes et services techniques avec l'appui des autorités administratives et coutumières, est très efficace pour la diffusion des technologies. Pour atteindre cet objectif, certaines contraintes devraient être levées: la disponibilité de l'équipement, la formation technique et la sécurisation foncière. La restauration de la productivité des sols dégradés dans les zones Centre et Nord du pays pourrait ouvrir sans doute le chemin vers une agriculture plus intensive, pour une production rentable et durable. (Résumé d'auteur)

Classification Agris : P35 - Soil fertility

Auteurs et affiliations

  • Barro Albert, INERA (BFA)
  • Zougmoré Robert B., INERA (BFA)
  • Maraux Florent, CIRAD-ES-UMR G-EAU (FRA)
  • Dugué Patrick, CIRAD-ES-UMR INNOVATION (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/536931/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-07 ]