Agritrop
Home

Pratiques endogènes de gestion de la faune sauvage par les populations des villages Mvan et Ndibidjeng (arrondissement d'Akonolinga, province du Centre)

Bayiha. 2008. Pratiques endogènes de gestion de la faune sauvage par les populations des villages Mvan et Ndibidjeng (arrondissement d'Akonolinga, province du Centre). Dschang : s.n., 45 p. Mémoire d'ingénieur agronome : Economie et sociologie rurales : Université de Dschang

Disertation
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_546727.pdf

Télécharger (1MB) | Preview

Abstract : Les écosystèmes forestiers du Cameroun connaissent une évolution rapide due à la pression démographique croissante et à l'augmentation des superficies cultivées. II en résulte une pression accrue sur les ressources et la réduction, voire la disparition de certaines, comme les ressources fauniques, qui inquiètent les populations. Cette étude sur les pratiques endogènes de gestion de la faune sauvage a pour objectif général d'analyser les pratiques de chasse et leurs effets sur la disponibilité des ressources fauniques à Mvan et Ndibidjeng (Arrondissement d'Akonolinga). Il s'agissait de dresser l'historique de la chasse, de déterminer les droits et responsabilités d'accès aux ressources, déterminer la place de la chasse dans le revenu des enquêtés, analyser la diversité des pratiques de chasse et leurs effets sur la disponibilité des ressources fauniques, ressortir la perception et les attentes des populations en matière de gestion des ressources fauniques. Des enquêtes et entretiens ont été effectués auprès d'un échantillon de 48 ménages sur un total de 161 dans les 2 villages. L'analyse des données s'est faite dans le logiciel SPSS et l'analyse du guide d'entretien s'est faite par interprétation des discours des enquêtés. II ressort de cette étude que les pratiques de gestion des ressources fauniques dans les villages d'études ont connu d'importants changements liés à l'accroissement de la population, qui a entraîné l'augmentation des superficies cultivées au détriment de la forêt. Que les droits et responsabilités des populations sur les ressources forestières sont principalement héréditaires et régis par le droit coutumier (93,70%), et que la chasse dont les produits sont destinés à plus de 60% à l'autoconsommation ne représente que 2% du revenu global des exploitations. Ensuite, que la chasse n'étant plus réglementée, ses pratiques se sont diversifiées en fonction des différentes formations végétales (forêt, jachère, champs de cultures) et des saisons, et que ces pratiques ne permettent pas le renouvellement permanent du gibier. Enfin, il ressort que les pratiques actuelles tels que la chasse au fusil et le piégeage au moyen du câble en acier (piégeage au cou) pendant toute l'année sont néfastes à une gestion durable de la faune. Cependant, les populations font face à un problème de survie et de protection de ces ressources et attendent des alternatives pour leur alimentation en protéine animale. Par ailleurs, aller dans le sens d'une gestion durable de ces ressources demande des changements d'attitudes et de pratiques des différents acteurs. Il faudra renforcer les capacités des populations sur les techniques de production agricole intensives, organiser des campagnes de sensibilisation sur la protection de l'environnement et en particulier les ressources fauniques, aider les populations à s'organiser à cet effet. Enfin, il est important que I'Etat revoie de manière plus approfondie, sa politique sur les possibilités d'épargne en matière d'exploitation des ressources forestières chez les populations dont la seule ressource vitale reste et demeure la forêt. Aussi faudrait-il que les études et réflexions soient menées dans le sens de la création des zones de forêt protégée où les activités cynégétiques et agricoles sont réglementées par la loi ou même interdites. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Écosystème, Faune et flore sauvages, Chasse, gestion des ressources naturelles, Démographie, Population rurale

Mots-clés géographiques Agrovoc : Cameroun

Classification Agris : P01 - Nature conservation and land resources
L20 - Animal ecology

Auteurs et affiliations

  • Bayiha, Université de Dschang (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/546727/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-08 ]