Agritrop
Home

Programme 2.4 protection intégrée des cultures et résistances : rapport scientifique, campagne 2006/07

Achaleke Joseph, Brévault Thierry, Couston L.. 2007. Programme 2.4 protection intégrée des cultures et résistances : rapport scientifique, campagne 2006/07. N'Djamena : PRASAC, 31 p.

Technical and research document
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_548968.pdf

Télécharger (554kB) | Preview

Abstract : Les activités du Programme 2.4 (PICUR) s'inscrivent dans une problématique de prévention et de gestion durable de la résistance aux insecticides chez les ravageurs à risque des cultures cotonnière et maraîchère. Outre la détection précoce de foyers de résistance et l'évaluation annuelle du risque épidémiologique, elles visent, au travers de la compréhension des mécanismes de résistance, la définition de programmes de protection intégrée de la culture entrant dans le cadre d'itinéraires techniques adaptés aux contraintes des producteurs. Au Nord Cameroun, même si le statut de la résistance aux pyréthrinoïdes chez la noctuelle H. armigera s'est stabilisé, probablement en raison des mesures de gestion appliquées en culture cotonnière, il reste très préoccupant, avec comme conséquence des échecs de traitement au champ, que ce soit en culture de coton ou de tomate. Les producteurs restent très peu sensibilisés à l'utilisation raisonnée des produits phytosanitaires, malgré l'importance qu'ils donnent à la protection phytosanitaire dans l'élaboration du rendement. L'encadrement technique est de moins en moins présent en culture cotonnière et inexistant en maraîchage. Il s'ensuit des pratiques favorables au développement de résistances telles que l'augmentation systématique de la dose ou de la fréquence des traitements en cas d'échecs répétés, ainsi que l'utilisation d'une gamme très restreinte d'insecticides, pour la plupart originaires de la culture cotonnière. En culture cotonnière, le positionnement ciblé de matières actives alternatives constitue une première réponse au phénomène de résistance, malgré son coût élevé. Plus en amont, des recherches sont conduites dans le cadre du Ph. D de J. Achaleke pour tenter de cerner les facteurs biologiques (mécanisme de résistance), écologiques (migration des adultes) et génétiques (dominance) affectant l'évolution de la résistance. Des collectes d'insectes (notamment piégeage), des bioessais au laboratoire (croisements et tests toxicologiques), des analyses chimiques et moléculaires (isotopes stables de carbone et marqueurs microsatellites) sont réalisés. Les résultats doivent permettre une meilleure compréhension de la dynamique de la résistance pour l'amélioration de sa gestion. Concernant le puceron Aphis gossypii, un profil de résistance à différentes matières actives insecticides ainsi que des mécanismes de résistance correspondants a été dressé pour les principaux génotypes rencontrés en culture cotonnière et maraîchère. L'acetamiprid, molécule introduite depuis peu en culture cotonnière, ne rencontre pas encore de résistance. Cependant, la résistance à la cypermethrine, insecticide le plus utilisé sur coton et maraîchage, est très élevée pour les génotypes du coton et de l'aubergine, contrairement aux génotypes du piment-poivron et des cucurbitacées. Des mécanismes de modification de la cible et de détoxification semblent impliqués dans cette résistance. Ces résultats permettent de dresser une carte de " résistance " des génotypes du puceron A. gossypii, permettant d'orienter les stratégies de lutte ou de gestion de la résistance, non plus contre l'espèce sensu lato, mais contre tel ou tel génotype fréquentant une gamme de plantes hôtes déterminée. Dans le cadre d'une stratégie de gestion de la résistance et de la réduction de la dépendance de la culture vis-à-vis des insecticides, un outil permettant de diminuer la pression de sélection insecticide est la réduction de la fréquence des applications, basée sur des seuils d'intervention. Le principe est de n'utiliser les insecticides que lorsque la densité des ravageurs est telle qu'elle risque de provoquer des pertes de récolte dont le coût serait supérieur au coût d'une intervention. Un nouveau programme de protection baptisé "LOIC" (Lutte sur Observation Individuelle de Chenilles de la capsule) a été proposé à 5 groupements de producteurs de coton volontaires. Celui-ci s'appuie sur l'utilisation d'une planchette individuelle de comp

Mots-clés Agrovoc : Gossypium, Culture maraîchère, Helicoverpa armigera, Aphis gossypii

Mots-clés géographiques Agrovoc : Cameroun

Classification Agris : H10 - Pests of plants

Auteurs et affiliations

  • Achaleke Joseph, INRA (FRA)
  • Brévault Thierry, CIRAD-PERSYST-UPR Systèmes cotonniers (CMR) ORCID: 0000-0003-0159-3509
  • Couston L.

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/548968/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-09 ]