Agritrop
Home

Modes formels de gestion de la forêt et modifications des pratiques des populations locales : cas du village Nkolenyeng, Sud Cameroun

Aka Etom Lazare. 2006. Modes formels de gestion de la forêt et modifications des pratiques des populations locales : cas du village Nkolenyeng, Sud Cameroun. Montpellier : CNEARC, 131 p. Mémoire d'ingénieur : Agronomie tropicale. Foresterie rurale et tropicale : Centre national d'études agronomiques des régions chaudes

Disertation
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_550032.pdf

Télécharger (1MB) | Preview

Abstract : Dans le but d'étudier les modes formels de gestion des ressources forestières naturelles et les impacts que ces modes ont induit dans les pratiques des populations locales, une étude a été menée à travers des enquêtes qualitatives dans le village Nkolényeng, au sud du Cameroun. Il ressort de cette étude que le terroir villageois est composé des terres relevant du domaine forestier permanent de l'Etat et du domaine forestier non permanent. Le système foncier quant à lui est caractérisé par des modes de jouissance foncière complexes, allant de la propriété privée à la "Squattérisation" en passant par un métayage particulier. En outre, une combinaison des droits sur les ressources foncières agraires et forestières sous-tend l'accès au foncier et à la ressource forestière dans le village. Nous citerons entre autres, le droit généalogique, le droit productif ou "droit de hache" et le droit de succession. Á ces trois droits traditionnels coutumiers, se superposera le droit foncier moderne dit "positif". Dans la logique de sa politique de gestion participative des ressources naturelles (décentralisation), le pays a placé le villageois de Nkolényeng devant trois modes de gestion formels régissant désormais l'accès et le droit à la ressource, ce sont les unités forestière d'aménagement (UFA), les aires protégées (AP) et la foresterie communautaire (FC). Conscients des différentes formes d'aménagement qu'impliquent ces modes de gestion formels qui réglementent désormais l'accès à la ressource faunique et floristique, les villageois ont adapté des stratégies diverses suivant le statut spécifique du foncier et de la ressource à exploiter. Sur le plan socio-économique, la gestion des ressources naturelles est orientée vers la satisfaction des besoins individuels communs à tous (court terme) qui priment sur les besoins d'intérêt général (long terme). La petite agriculture familiale itinérante sur brûlis qui est la principale source alimentaire et de revenus des familles, s'est légèrement modifiée en un essartage caractérisé par un "abattis-brûlis réduit" exemptant les essences ligneuses à valeur commerciale. Cependant, bien que des adaptations soient perceptibles, la superposition des structures étatiques et juridiques sur cette structure traditionnelle n'a pas fondamentalement modifié son fonctionnement dans la communauté locale (forestière) de Nkolényeng à l'heure actuelle. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : forêt tropicale, Gestion des ressources

Mots-clés géographiques Agrovoc : Cameroun

Mots-clés géographiques complémentaires : Cameroun sud

Classification Agris : P01 - Nature conservation and land resources
K01 - Forestry - General aspects
E50 - Rural sociology

Auteurs et affiliations

  • Aka Etom Lazare, CNEARC (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/550032/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-05 ]