Agritrop
Home

Determinants of DMC technologies adoption among smallholders in the Lake Alaotra area, Madagascar : Document de travail BV lac n° 45

Chabierski Stéphane, Penot Eric, Husson Olivier, Dabat Marie-Hélène, Andriamalala Herizo, Domas Raphaël. 2008. Determinants of DMC technologies adoption among smallholders in the Lake Alaotra area, Madagascar : Document de travail BV lac n° 45. In : Investing in Sustainable Agriculture : the case of conservation agriculture and direct seeding mulch-based cropping system : Regional Workshop on Conservation Agricultures, Phonsavan, Laos, 28 October - 1 November 2008. s.l. : s.n., 17 p. Regional Workshop on Conservation Agriculture, Phonsavan, Laos, 28 October 2008/1 November 2008.

Paper without proceedings
[img] Published version - Anglais
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_554196.pdf

Télécharger (220kB)

Additional Information : Existe aussi sur CD-ROM

Abstract : Les techniques de systèmes de semis direct sur couverture végétale (SCV) sont diffusées depuis une dizaine d'années à Madagascar. Ils répondent à des objectifs de préservation de l'environnement, de création de revenus et de réduction de la pauvreté, en particulier dans des zones contraintes par la forte croissance démographique, la saturation des espaces habituels de production, la dégradation des milieux et des ressources et le risque de non durabilité des systèmes agricoles traditionnels. La région du Lac Alaotra, située à 250 km au Nord de la capitale Antananarivo, a connu ces dernières années un important niveau de diffusion des techniques SCV. Avec 100 000 ha de plaines cultivées, elle est considérée comme l'une des principales zones rizicoles du pays et qualifiée de " grenier à riz " malgache. Malgré sa richesse relative, la région est menacée par plusieurs facteurs : la saturation des rizières de plaine et l'impossibilité de les étendre, la stagnation des rendements rizicoles, une forte érosion imprimée dans le paysage (7000 km2 de bassins versants), la difficulté des acteurs locaux à maîtriser leur développement. Aujourd'hui, l'exploitation des collines et des zones de plaines exondées n'est plus considérée comme un phénomène émergeant ou marginal, les revenus procurés par les cultures pluviales sont devenus importants et parfois vitales pour de nombreux agriculteurs. C'est dans ce contexte que le projet " mise en valeur et protection des Bassins Versants du " Lac Alaotra " (BV/Lac) a démarré en 2003. L'un des volets de ce projet, confié notamment au bureau d'études BRL-Madagascar, vise à vulgariser les techniques SCV auprès des paysans des bassins versants. L'encadrement technique assuré en 2008 concerne environ 1000 exploitants agricoles et une superficie globale de 600 ha. L'analyse des premiers résultats technico-économiques obtenus met en évidence une augmentation significative de la valorisation de la journée de travail au fil des années de pratiques des SCV : amélioration des rendements et baisse progressive des charges de production (temps de travaux, meilleure valorisation des fumures appliquées...). La démarche développée par le projet vise à associer la diffusion des techniques SCV à des actions à dimension socio territoriales : accès au foncier et au crédit bancaire, commercialisation des produits agricoles, approvisionnement en intrants, appui à l'élevage et à la gestion des pâturages. Le projet cherche par ailleurs à prendre en compte la complexité du système agraire et la diversité des agriculteurs qui le compose. Une étude conduite sur 107 exploitations agricoles en 2007 a notamment permis d'affiner les connaissances des opérateurs de diffusion sur le fonctionnement des systèmes de production rencontrés dans la région et donc d'accroître la pertinence des propositions techniques. Six catégories d'exploitations ont ainsi été identifiées, avec pour principaux critères de différentiation : l'autosuffisance en riz, la taille de l'exploitation, l'accès aux différentes unités de milieu physique, la diversification des productions et les activités extra agricoles. Ces différents types d'exploitations n'ont pas les mêmes moyens, objectifs et ne sont pas soumis aux mêmes systèmes de contraintes. Il n'existe pas à priori de catégories complètement réfractaires aux systèmes SCV mais le niveau d'adoption peut varier suivant (1) l'intérêt que chacun trouve dans les systèmes proposés (2) et la capacité à mettre en oeuvre ces nouvelles technologies: intégration avec l'élevage, sécurisation des revenus en dehors des périmètres irrigués, mise en relation " côte risque/capacités d'investissements ", accès aux marchés. La prise en considération de ces différents éléments permet d'ores et déjà d'améliorer l'efficacité de la diffusion. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Oryza, Adoption de l'innovation, Petite exploitation agricole, Culture sous couvert végétal

Mots-clés géographiques Agrovoc : Madagascar

Mots-clés complémentaires : Agriculture de conservation

Mots-clés géographiques complémentaires : Lac Alaotra

Classification Agris : F08 - Cropping patterns and systems
E14 - Development economics and policies

Auteurs et affiliations

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/554196/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-04 ]