Agritrop
Home

Le braconnage et la population d'éléphants du parc national de Zakouma (Tchad)

Poilecot Pierre. 2010. Le braconnage et la population d'éléphants du parc national de Zakouma (Tchad). Bois et Forêts des Tropiques (303) : pp. 93-102.

Journal article ; Article de revue à facteur d'impact Revue en libre accès total
[img] Published version - Français
License Licence Creative Commons.
document_554488.pdf

Télécharger (1MB)

Titre espagnol : El furtivismo y la poblacion de elefantes des parque nacional de Zakouma, Chad / Titre anglais : Poaching and the elephant population in Zakouma national park (Tchad)

Abstract : En 2005, le parc national de Zakouma, dans le sud-est du Tchad, abritait une population de 3 900 éléphants, correspondant à une densité exceptionnelle proche de 1,3 individu par kilomètre carré au sein des aires protégées d'Afrique francophone. Les résultats des dénombrements aériens réalisés en 2006 ont révélé une diminution de 22 % des effectifs de l'éléphant. Le déclin de la population s'est ensuite accentué brutalement, de 940 individus en 2008 à seulement 620 en 2009. Les activités de braconnage, d'une rare intensité en 2008, ont conduit à éradiquer près de 70 % de la population d'éléphants du parc sur une période de cinq ans. Les informations relatives au braconnage dans le parc de Zakouma rejoignent les récentes conclusions publiées par les programmes Mike et Etis, qui suivent l'évolution du braconnage et analysent les tendances du commerce illicite de l'ivoire dans les États membres de la Cites. La recrudescence du braconnage correspond à la reprise du commerce international de l'ivoire en 2006, avec une forte augmentation des prix consécutive à une demande accrue de la part de certains pays asiatiques. L'ivoire collecté en Afrique centrale est intégré au trafic à partir de réseaux installés au Soudan, de mieux en mieux structurés, et les éléphants de Zakouma, ne portant pourtant que de petites défenses, ne sont pas épargnés. La recherche scientifique, à partir de la définition des empreintes génétiques des éléphants, qui permet de déterminer la provenance géographique de l'ivoire, et le suivi du braconnage par les programmes Mike et Etis constituent des éléments majeurs pour mieux connaître et suivre l'évolution des populations d'éléphants. Cependant, la mauvaise " gouvernance " des États, en particulier en termes de politique de conservation et de stratégie de lutte anti-braconnage, demeure le facteur essentiel de la recrudescence du braconnage de l'éléphant. (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : In 2005, Zakouma National Park, in south-eastern Chad, had a population of 3 900 elephants, an exceptionally high density for the protected areas of French speaking Africa, of nearly 1.3 individuals per square kilometre. However, results from aerial population counts carried out in 2006 showed a 22% drop in elephant numbers. The decline then suddenly accelerated, with 940 individuals in 2008 dropping to just 620 in 2009. Poaching, which increased to record levels in 2008, had destroyed almost 70 % of the elephant population in the park in five years. Information on poaching in the Zakouma Park agrees with recent conclusions published by the MIKE and ETIS programmes, which are monitoring the rise of poaching and analyzing trends in the illegal ivory trade in CITES member countries. The upsurge in poaching coincides with the reopening of the international ivory trade in 2006, which brought a steep increase in prices following increased demand from some Asian countries. Ivory from central Africa finds its way onto the black market through increasingly well organized networks established in Sudan, including from Zakouma's elephants despite the relatively small size of their tusks. Scientific research, through genetic footprints defined for the elephants, with which the geographical origin of the ivory can be determined, and monitoring of poaching by the MIKE and ETIS programmes, are crucial to a better understanding of elephant populations and how they are evolving. However, inadequate governance in the states concerned, especially in terms of conservation policies and anti-poaching strategies, remains the key factor in the current upsurge in elephant poaching. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Éléphant d'afrique, Population animale, Dynamique des populations, Chasse, Politique de l'environnement, Impact sur l'environnement, Parc national, Conservation des ressources, Ivoire, Intervention de l'état

Mots-clés géographiques Agrovoc : Tchad

Classification Agris : P01 - Nature conservation and land resources
L20 - Animal ecology
L74 - Miscellaneous animal disorders
K01 - Forestry - General aspects

Champ stratégique Cirad : Axe 6 (2005-2013) - Agriculture, environnement, nature et sociétés

Auteurs et affiliations

  • Poilecot Pierre, CIRAD-ES-UPR AGIRs (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/554488/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-09-23 ]