Agritrop
Home

Les genres Entandrophragma (Meliceae) et Dacryodes (Burseraceae) en Afrique centrale atlantique

Chevallier Marie-Hélène, Coppens D'Eeckenbrugge Géo, Todou G., Benoit Laure, Vignes Hélène, Niangadouma Raoul, Onana Jean-Michel, Joly Hélène, Doumenge Charles. 2010. Les genres Entandrophragma (Meliceae) et Dacryodes (Burseraceae) en Afrique centrale atlantique. In : Projet IFORA colloque final de restitution. Colloque Les Iles forestières africaines : modèle d'une nouvelle approche de la dynamique de structuration de la biodiversité, Montpellier, France, 21 et 22 juin 2010. s.l. : s.n., Résumé, 1 p. Colloque Les Iles forestières africaines : modèle d'une nouvelle approche de la dynamique de structuration de la biodiversité, Montpellier, France, 21 June 2010/22 June 2010.

Paper without proceedings
[img] Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_560383.pdf

Télécharger (95kB)

Abstract : Dans le genre Entandrophragma, l'étude a été centrée sur les cinq taxons rencontrés en forêt dense humide de terre ferme et de basse altitude (E. angolense et congoense, E. candollei, E. cylindricum, E. utile). Les autres espèces du genre sont situées dans des milieux forestiers (deux d'entre elles) et, souvent, dans le domaine des savanes et forêts claires. Les premières analyses génétiques montrent que ces taxons de forêts denses humides sont proches, plus particulièrement E. cylindricum et E. utile. Deux taxons, placés en synonymie par certains botanistes, E. angolense et E. congoense, n'ont pas pu être différenciés à ce stade. Concernant le genre Dacryodes, les premières analyses phylogénétiques des espèces africaines indiquent qu'elles sont également proches génétiquement ; toutes sont des espèces de forêts denses humides, y compris celles de la région congolaise. Ainsi, les mitotypes dominants (NAD712) pour D. buettneri, D. edulis, D. klaineana, D. igaganga, D. macrophylla et D. normandii sont identiques. Un deuxième mitotype est commun à D. buettneri et à D. edulis. Les autres mitotypes sont rares. L'ADN chloroplastique (rpl16) montre une plus grande variation mais les données sont moins nombreuses. On remarque une très forte différenciation entre deux chlorotypes rencontrés chez D. edulis, même au sein d'une même population cultivée. Des analyses génétiques supplémentaires sont encore nécessaires afin d'évaluer plus précisément les relations et les distances génétiques entre les espèces telles que définies par les botanistes. (Texte intégral)

Mots-clés Agrovoc : Entandrophragma, Dacryodes

Mots-clés géographiques Agrovoc : Afrique centrale

Classification Agris : F70 - Plant taxonomy and geography
K01 - Forestry - General aspects

Auteurs et affiliations

  • Chevallier Marie-Hélène, CIRAD-BIOS-UMR PVBMT (REU)
  • Coppens D'Eeckenbrugge Géo, CIRAD-BIOS-UMR CEFE (FRA)
  • Todou G., Université de Maroua (CMR)
  • Benoit Laure, CIRAD-BIOS-UMR CEFE (FRA)
  • Vignes Hélène, CIRAD-BIOS-UMR DAP (FRA)
  • Niangadouma Raoul, Herbier national du Gabon (GAB)
  • Onana Jean-Michel, Herbier national du Cameroun (CMR)
  • Joly Hélène, CIRAD-BIOS-UMR CEFE (FRA)
  • Doumenge Charles, CIRAD-ES-UPR BSef (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/560383/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-09 ]