Agritrop
Home

Plantations ingénieuses de bois d'oeuvre par les paysans de l'Ouest-Cameroun

Temgoua Lucie Félicité, Njoukam Raphaël, Peltier Régis. 2011. Plantations ingénieuses de bois d'oeuvre par les paysans de l'Ouest-Cameroun. Bois et Forêts des Tropiques (309) : pp. 63-76.

Journal article ; Article de revue à facteur d'impact Revue en libre accès total
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
BFT_309_63-76.pdf

Télécharger (2MB) | Preview

Titre anglais : Ingenious wood plantations by farmer in Western-Cameroon / Titre espagnol : Ingeniosa plantaciones de maderables de los campesinos en el Camerún-Oeste

Quartile : Q4, Sujet : FORESTRY

Abstract : Les services de développement impliqués en sylviculture paysanne adoptent souvent des paradigmes tels que : " la plupart des paysans n'envisagent que des productions à court terme, leurs systèmes traditionnels agroforestiers sont immuables ou en voie d'abandon et il n'est possible que de leur proposer des techniques bien rodées, simples et normalisées incluant la plantation d'espèces exotiques à croissance rapide pour la production de bois de service ". En fait, l'étude des pratiques sylvicoles dans l'Ouest Cameroun montre qu'il existe une grande diversité de comportements vis-àvis de l'arbre et que des paysans-sylviculteurs font preuve d'ingéniosité pour adapter les systèmes traditionnels et aussi pour intégrer des technologies extérieures selon leurs besoins. Pour les plantations d'eucalyptus, ils ont su intégrer les techniques utilisées par les services de développement rural et de recherche, en innovant en ce qui concerne la production de plants, le semis direct, l'association avec des cultures, la coupe en taillis ou la diversité des produits. Quant aux boisements de pins, encouragés par l'État et les projets, peu de plantations paysannes ont été réalisées, faute de débouchés ou d'utilisations pratiques des produits. Pour ce qui est du système traditionnel de bocage, les espèces n'ayant plus d'usage courant sont éliminées au profit de nouvelles espèces qui sont choisies en fonction des besoins familiaux ou locaux et des opportunités du marché. En outre, il est surprenant de constater que, contrairement aux projets étatiques, certains paysans plantent dans leurs haies des espèces de forêt naturelle productrices de bois d'oeuvre à longue révolution, tels que le kosipo, Entandrophragma candollei. Par ailleurs, les boisements d'État ou communaux brûlent dans une indifférence quasi générale, malgré les efforts des gestionnaires soulevant la question de savoir si les crédits d'aide au reboisement public ne seraient pas mieux utilisés sous forme d'aide au reboisement privé. (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : Development agencies involved in farm forestry often adopt paradigms on the lines of “most peasant farmers only consider short-term production; their traditional agro-forestry systems have not evolved or are being abandoned; all that can be done is to offer proven, simple or standardised techniques, including plantations of fast-growing exotic species to produce construction timbers”. In fact, a study of sylvicultural practice in western Cameroon not only shows widely diverse attitudes towards trees, but also that peasant farmers who plant trees have developed ingenious ways of adapting their traditional systems and making use of external technologies according to their needs. For eucalyptus plantations, they have successfully adopted techniques used by rural development and research agencies, adding innovations of their own in the areas of nursery plant production, direct seeding, mixed cropping, coppicing and product diversification. Softwoods are encouraged by the State or by projects, but rarely planted by peasant farmers for lack of market outlets or practical uses of softwood products locally. Where the traditional hedge-and-field system is concerned, species that are no longer in current use are removed to make way for new species chosen in accordance with family or local needs and market opportunities. Another surprising finding is that some peasant farmers, unlike government projects, plant naturally occurring longrotation timber species in their hedges, such as Kosipo, Entandrophragma candollei . Furthermore, bush fires in State or municipal forests are met with almost universal indifference despite the efforts of their managers, which raises the question of whether credits to support reforestation in public lands would not be better employed to support private reforestation. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Reconstitution forestière, Agroforesterie, Sylviculture, forêt tropicale, Bois, Technologie traditionnelle, Innovation, Paysannerie, Adaptation, Entandrophragma, Eucalyptus, Pinus, Bois tropical

Mots-clés géographiques Agrovoc : Cameroun

Mots-clés complémentaires : Bois d'oeuvre, Entandrophragma candollei, Reboisement, Savoir-faire

Mots-clés géographiques complémentaires : Cameroun ouest

Classification Agris : K10 - Forestry production
F08 - Cropping patterns and systems
E14 - Development economics and policies

Champ stratégique Cirad : Axe 1 (2005-2013) - Intensification écologique

Auteurs et affiliations

  • Temgoua Lucie Félicité, Université de Dschang (CMR)
  • Njoukam Raphaël, IRAD (CMR)
  • Peltier Régis, CIRAD-ES-UPR BSef (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/562873/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-02-12 ]