Agritrop
Home

Création et diffusion de variétés de caféiers Arabica : quelles innovations variétales ?

Bertrand Benoît, Montagnon Christophe, Georget Frederic, Charmetant Pierre, Etienne Hervé. 2012. Création et diffusion de variétés de caféiers Arabica : quelles innovations variétales ?. Cahiers Agricultures, 21 (2-3) : pp. 77-88.

Journal article ; Article de revue à facteur d'impact Revue en libre accès total
[img] Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_564543.pdf

Télécharger (6MB)

Titre anglais : Creation and dissemination of Arabica coffee varieties: What varietal innovations?

Quartile : Q3, Sujet : AGRICULTURE, MULTIDISCIPLINARY / Quartile : Q3, Sujet : AGRONOMY

Liste HCERES des revues (en SHS) : oui

Thème(s) HCERES des revues (en SHS) : Géographie-Aménagement-Urbanisme-Architecture

Abstract : Plus de 80 % de la production de café arabica provient d'Amérique latine alors que l'espèce est originaire d'Afrique. La base génétique du caféier Arabica introduite en Amérique latine au XIX e siècle se limite à deux populations peu différentes (Bourbon et Typica). Malgré le handicap d'une base génétique étroite, les chercheurs ont créé dans les années 1950 à 1980 des variétés lignées très bien adaptées à l'intensification de la culture et présentant une qualité considérée comme un standard. Avec l'arrivée de la rouille orangée, des gènes de résistance de l'espèce diploïde C. canephora ont été transférés dans ces variétés améliorées. Des lignées combinant des résistances à plusieurs maladies et présentant une qualité à la tasse équivalente ou inférieure au standard ont été développées dans les années 1980 à 2000. À partir de 1990, face aux nouvelles exigences du marché, de nouvelles variétés hybrides F1 ont été sélectionnées pour l'adaptation à une agriculture écologiquement intensive basée sur l'agroforesterie. Après une vingtaine d'années d'expérimentations en milieux contrôlés ou chez les producteurs, il apparaît que les hybrides F1 produisent 30-60 % de plus que les meilleures lignées en systèmes agroforestiers, sans apport supplémentaire d'engrais. Aujourd'hui, le progrès génétique ainsi créé est plutôt mal diffusé. Dans de nombreux pays, les variétés sont propagées sans aucun contrôle de leur pureté variétale. Aucun catalogue variétal n'existe et les informations qui parviennent aux producteurs sont largement insuffisantes pour qu'ils puissent raisonner leur choix variétal en fonction de leur système de culture ou des exigences du marché. Pour une culture industrielle d'une telle importance économique, la faiblesse des recherches en amélioration génétique pour une filière semencière dynamique est frappante. La raison en est que la production de semences améliorées n'est pas rentable pour le secteur privé. Là où l'État s'est désengagé, il faut donner la possibilité à ce secteur d'investir dans la recherche et dans la production de semences de qualité. (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : Over 80 % of all Coffea Arabica – a species of African origin – is produced in Latin America. The gene pool of C. Arabica, which was introduced in Latin America in the 19th century, includes only two relatively similar varieties (Bourbon and Typica). Despite this very weak gene pool, researchers have managed to develop pure line varieties that are very well adapted to crop intensification (1950-1980) and that produce coffee of recognised standard quality. With the advent of coffee rust, resistance genes of the diploid species C. canephora were transferred to these improved C. Arabica varieties. Lines combining resistance to several diseases, and having a cup quality equivalent to or less than standard, were developed (1980-2000). As of 1990, to fulfill market requirements, new hybrid F1 varieties were bred to be adapted to agroforestry-based ecologically intensive cropping systems. After some 20 years of testing in controlled environments or on coffee farms, F1 hybrids were found to produce 30-60 % more than the best lines grown in agroforestry systems. This performance is achieved without any supplementary fertilizer input. Little of the genetic progress is currently disseminated to growers. In many countries, varieties are propagated without any control of their varietal purity. There are no existing catalogues and information that does reach growers is not sufficient to help them make varietal choices according to their cropping systems or market requirements. Generally, for such an economically important crop, there is a strikingly low degree of research and investment in coffee improvement simply because improved seed production is not profitable for private stakeholders. In areas where the State has withdrawn, the private sector should be given the opportunity of investing in quality seed production and research. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Coffea arabica, Variété, Amélioration des plantes, Innovation, Adoption de l'innovation, Transfert de technologie, Diffusion de la recherche, Qualité, Intensification, Résistance aux maladies, Résistance aux organismes nuisibles, Coffea canephora, Hemileia vastatrix, Agroforesterie, Histoire, Évaluation de projet, Changement climatique

Mots-clés géographiques Agrovoc : Amérique latine, Brésil, Amérique centrale, Costa Rica, Colombie

Classification Agris : F30 - Plant genetics and breeding
H01 - Protection of plants - General aspects
E14 - Development economics and policies
C20 - Extension

Champ stratégique Cirad : Axe 1 (2005-2013) - Intensification écologique

Auteurs et affiliations

  • Bertrand Benoît, CIRAD-BIOS-UMR RPB (FRA)
  • Montagnon Christophe, CIRAD-BIOS-UMR RPB (FRA)
  • Georget Frederic, CIRAD-BIOS-UMR RPB (MEX)
  • Charmetant Pierre, CIRAD-BIOS-UMR AGAP (BRA) ORCID: 0000-0003-0346-9202
  • Etienne Hervé, CIRAD-BIOS-UMR RPB (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/564543/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-03-03 ]