Agritrop
Home

Stratégies des agriculteurs ougandais confrontés à la trachéomycose des caféiers (coffee wilt disease)

Sibelet Nicole, Nguyen Ba Sabine. 2012. Stratégies des agriculteurs ougandais confrontés à la trachéomycose des caféiers (coffee wilt disease). Cahiers Agricultures, 21 (4) : pp. 258-268.

Journal article ; Article de revue à facteur d'impact Revue en libre accès total
[img] Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_565448.pdf

Télécharger (3MB)

Titre anglais : Strategies of Ugandan farmers facing coffee wilt disease

Quartile : Q3, Sujet : AGRICULTURE, MULTIDISCIPLINARY / Quartile : Q3, Sujet : AGRONOMY

Liste HCERES des revues (en SHS) : oui

Thème(s) HCERES des revues (en SHS) : Géographie-Aménagement-Urbanisme-Architecture

Abstract : En Ouganda, la trachéomycose du caféier ou coffee wilt disease (CWD), provoquée par Fusarium xylarioides, a détruit près de 50 % de la caféière ces 15 dernières années. Il n'existe actuellement aucune solution contre ce fléau qui continue de se répandre. Les caféiers atteints sont détruits en moins de deux ans et plus de 90 % des exploitations sont contaminées. Les conséquences sont d'autant plus sérieuses que le café représente la première source de devises à l'exportation et qu'environ trois millions de petits exploitants en dépendent. Notre recherche vise à comprendre les raisons du maintien de cette culture malgré ce contexte de crise phytosanitaire. Les résultats montrent que, malgré les effets dévastateurs du CWD, le café reste la première source de revenu des petits producteurs. Après avoir diversifié leurs activités pour minimiser les risques, tous les agriculteurs replantent des caféiers, même s'ils ne sont pas résistants à la maladie. Certes la hausse des cours internationaux du café entre 2002 et 2007 a encouragé les agriculteurs à replanter. De même, la production de café étant un enjeu national, le gouvernement et la recherche incitent les agriculteurs à maintenir la caféiculture, notamment par la distribution de plants gratuits (mais néanmoins non résistants). Cependant, ce contexte macroéconomique favorable n'explique pas à lui seul la replantation de caféiers. L'analyse, menée dans l'article au niveau micro-socio-économique des stratégies des agriculteurs, indique des raisons complémentaires. La compatibilité de la caféiculture avec la présence d'arbres d'ombrage et la production de cultures vivrières associées lui procure des avantages tant au niveau de la parcelle que de l'emploi de la main-d'oeuvre familiale. La vente du café apporte un revenu monétaire moindre mais qui continue à remplir différentes fonctions socio-économiques au niveau des familles (revenu courant, assurance, retraite...). (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : In Uganda, coffee wilt disease (CWD), caused by Fusarium xylarioides, has destroyed nearly 50% of the coffee plantations over the last 15 years. There is currently no effective treatment against this disease, which is continuing to spread. The coffee trees infected are destroyed in less than two years and more than 90% of Ugandan farms are contaminated. The threat is all the more serious since exported coffee represents the most important source of income for the country. Approximately three million smallholders depend on it for their livelihoods. Our research aims at understanding the reasons for maintaining this culture in the face of such a phytosanitary crisis. The results show that in spite of substantial losses caused by CWD, coffee remains the first source of income for small producers. After having diversified their activities to minimize risks, and even if the new seedlings are not disease-resistant, 100% of the farmers replant coffee. The rise in international coffee prices between 2002 and 2007 encouraged the farmers to replant. Coffee production being a national challenge, government and research institutions encourage farmers to maintain coffee production, notably through the distribution of free seedlings (although non-resistant). However, the favourable macroeconomic context alone does not explain the replanting of coffee trees. The analysis, carried out in this article at the socio-economic micro-level on the strategies of the farmers, indicates additional reasons. Coffee production is compatible with shade trees and association with food crops, which provide advantages at the plot scale as well as for family labour. Sale of the coffee crop provides decreasing monetary income but which still fulfils various functions in the household budget (regular income, insurance, retirement, etc.). (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Coffea canephora, Fusarium, Perte, Petite exploitation agricole, Agriculteur, Enquête sur exploitations agricoles, Anthropologie sociale, Gestion du risque, Prise de décision, Diversification, Analyse économique, Revenu, Intervention de l'état, Agroforesterie

Mots-clés géographiques Agrovoc : Ouganda

Mots-clés complémentaires : Stratégie, Fusarium xylarioides

Classification Agris : E14 - Development economics and policies
H20 - Plant diseases
E90 - Agrarian structure
E80 - Home economics and crafts
E16 - Production economics

Champ stratégique Cirad : Axe 1 (2005-2013) - Intensification écologique

Auteurs et affiliations

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/565448/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-02-28 ]