Agritrop
Home

Comportements d'achats alimentaires en Languedoc-Roussillon

Ledésert Bernard, Le Bihan Geneviève, Padilla Martine, Ruiz Inca, Belen Jacqueline, Bernard Pierrick, Bricas Nicolas, Dormont Anne-Sophie, Holdsworth Michelle, Maille Sylvia, Romarin J.P., Rougy Béatrice. 2010. Comportements d'achats alimentaires en Languedoc-Roussillon. Montpellier : DRASS, 12 p. (Baromètre santé nutrition 2008)

Technical and research document
[img] Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_566735.pdf

Télécharger (2MB)

Abstract : Les lieux d'achats alimentaires sont le reflet de la structure dominante des lieux de distribution alimentaire. Dans les quinze jours précédents l'enquête, 87,1 % des habitants du Languedoc-Roussillon se sont rendus dans les grandes et moyennes surfaces (GMS), 80,6 % dans une boulangerie, 53,6 % dans un commerce de détail (hors boulangerie) et 49,3 % sur un marché. Les autres lieux ou modes d'achats sont encore peu pratiqués : 10,5 % commandent par téléphone ou internet et 8,7 % achètent dans la rue auprès d'un vendeur ambulant (hors vendeurs sur les marchés). On observe une augmentation de la fréquentation de tous les lieux d'achats par rapport à l'enquête précédente (2002) liée sans doute à une diversification des modes d'approvisionnement. Interrogés sur les deux principales GMS dans lesquelles ils effectuent le plus souvent leurs achats alimentaires, plus de la moitié des habitants de la région (55,5 %) déclare aller uniquement dans les hyper-et supermarchés. Ils sont 23,2 % à fréquenter le plus souvent un hyper-et supermarché en premier et en second un magasin de hard-discount. Un habitant sur cinq a cité en premier les magasins de hard-discount comme principal lieu d'achat en GMS. Environ un tiers des personnes enquêtées déclare produire des aliments et les consommer, cette pratique restant stable dans le temps. Les GMS, en étant les lieux privilégiés d'achats alimentaires, demeurent un lieu potentiel d'actions d'informations et d'éducation pour la santé en lien avec le Programme national nutrition santé (PNNS). Un certain nombre de distributeurs se sont déjà engagés dans cette voie, notamment en promouvant les messages du PNNS et des actions autour des fruits et légumes ; toutefois, une plus grande collaboration entre ce secteur et les éducateurs pour la santé pourrait contribuer à une meilleure atteinte des objectifs du PNNS. Les habitants du Languedoc-Roussillon ayant déclaré fréquenter trois lieux d'achats différents (les GMS, les marchés et les commerces de détail) au moins une fois au cours des 15 derniers jours, ont plus de chance d'atteindre les repères du PNNS concernant les fruits et légumes, le poisson et les féculents que les personnes qui n'ont fréquenté que les GMS au cours de la même période. Ce phénomène de multifréquentation permet au consommateur d'exploiter au mieux la complémentarité des lieux d'achats et de trouver des réponses adaptées à ses besoins divers. Nous sommes ainsi dans un paradoxe : alors que ce sont les GMS qui se sont le plus engagées vis-à-vis du PNNS, ceux qui les fréquentent exclusivement satisfont le moins les repères du PNNS. Cela signifie qu'agir simultanément sur l'offre (qualité, prix, composition) et sur les comportements des consommateurs (choix) est plus que nécessaire. La GMS, si elle persiste dans son engagement PNNS, pourraît être un lieu d'éducation et de communication privilégié compte tenu de son impact. Nous sommes cependant dans l'attente d'une " révolution " des mentalités, car alimentation moderne ne semble pas rimer avec alimentation-santé. Les habitants du Languedoc-Roussillon déclarent choisir leurs lieux d'achats sur trois critères principaux : la distance au lieu d'achat (34,2 %), le prix (33,3 %) et la qualité et variété des produits proposés (23,7 %). Le temps, le confort d'achat et le prix dominent désormais la qualité des produits dans le choix d'un lieu de chalandise. Pour acheter un produit de qualité en GMS, les personnes interrogées en Languedoc-Roussillon déclarent faire confiance avant tout à la marque du produit (29,2 %), à sa composition (27,3 %) et au label (17,0 %). Le prix (13,3 %) et l'enseigne du magasin (7,6 %) sont moins souvent cités. Autant la marque, le prix et l'enseigne sont des arguments tangibles pour le consommateur, autant la composition et le label sont intangibles, donc liés à la confiance en ce qui est déclaré. D'où l'importance des étiquettes, seul mode d'information sur la composition du produit, qui doit être claire et compréh

Classification Agris : E73 - Consumer economics
E70 - Trade, marketing and distribution
S01 - Human nutrition - General aspects

Editeurs scientifiques et affiliations

  • Ledésert Bernard, ORS (FRA)

Auteurs et affiliations

  • Le Bihan Geneviève, CRES-LR (FRA)
  • Padilla Martine, IAMM (FRA)
  • Ruiz Inca, ORS (FRA)

Contributeurs et affiliations

  • Belen Jacqueline, ORS (FRA) - collaborateur
  • Bernard Pierrick, UM1 (FRA) - collaborateur
  • Bricas Nicolas, CIRAD-ES-UMR MOISA (FRA) ORCID: 0000-0002-7627-3852 - collaborateur
  • Dormont Anne-Sophie, GRSP Languedoc-Roussillon (FRA) - collaborateur
  • Holdsworth Michelle, IRD (FRA) - collaborateur
  • Maille Sylvia, DRASS LANGUEDOC-ROUSSILLON (Languedoc-Roussillon) (FRA) - collaborateur
  • Romarin J.P., DRASS LANGUEDOC-ROUSSILLON (Languedoc-Roussillon) (FRA) - collaborateur
  • Rougy Béatrice, Conseil régional (Languedoc-Roussillon) (FRA) - collaborateur

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/566735/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-02 ]