Agritrop
Home

Braccharia Byzantha influence le fertilité des sols des cacaoyères du centre Cameroun

Ndaka Bonguen S.M., Bourgoing Raymond, Abossolo Angue M., Bilong P.. 2012. Braccharia Byzantha influence le fertilité des sols des cacaoyères du centre Cameroun. In : 17th Conférence Internationale sur la Recherche Cacaoyère : Résumés = 17th International Cocoa Research Conference ; 17th Conferencia Internacional De Investigaçao Sobre 0 Cacau ; 17th Conferencia International de Investigacion en Cacao. Lagos : Alliance des Pays Producteurs de Cacao, Résumé, p. 188. Conférence Internationale sur la Recherche Cacaoyère. 17, Yaoundé, Cameroun, 15 October 2012/20 October 2012.

Paper without proceedings
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_568485.pdf

Télécharger (1MB) | Preview

Abstract : Dans les agrosystèmes cacaoyers du centre Cameroun, la mise en place de parcelles cacaoyères est généralement précédée d'un cycle de cultures sarclées. Les parcelles ainsi exploitées, présentent des bas niveaux de fertilité, préjudiciables à leur productivité. Brachiaria brizantha a été proposés pour lever de telles contraintes, mais sa contnbution à de tels agrosystèmes est mal conue. Une étude a été menée de 2006 à 2009 dans trois sites localisés en milieu paysan, afin d'évaluer l'influence de cette graminée sur la productivité des sols. Le dispositif expérimental adopté comportait deux traitements (parcelle sous Brachiaria et hors Brachiaria) avec quatre répétitions et trois blocs. Douze parcelles élémentaires mesurant 3456 m2 ont été utilisées. Initialement, chaque parcelle élémentaire comportait 336 cacaoyers, 408 bananiers, 28 agrumes et 28 fruitiers. Vingt-quatre échantilons agronomiques ont été prélevés pour analyses avant et après la période e.xpérimentale. Le déshetbage des parcelles sous Brachiaria était effectué avec des herbicides systémiques sur la ligne de cacaoyers 2 fois par an, alors que les parcelles témoin étaient défrichées à la machette. La mesure des biomasses avait consisté en la récolte intégrale de la parcelle utile dans des cadrats de 1 m2, en leur pesée et leur analyse. L'évaluation de la production des jeunes cacaoyers avait concerné le nombre de cabosses par pied. Les analyses de sols (Anderson et Ingram, 1993), avaient permis de comparer les niveaux de fertilité du sol des parcelles appariées. Une ANOVA a été utilisée pour tester les différences entre les traitements. Les résultats obtenus montrent qu'à l'issue de la troisième anée la biomasse herbacée était significativement plus grande (p<0.01) dans tous les sites étudiés. Les parcelles sous Brachiaria brizantha étaient entrées en production plus tôt et avaient produit un nombre de cabosses plus élevé. Les teneurs en éléments minéraux de Brachiaria brizantha étaient relativement plus fatoles que celles contenues dans les adventices. Cette étude comparée avait montré que sous Brachiaria brizantha, certains paramètres de fertilité étaient susceptibles de baisser drasfiquement au cours des trois premières années, réduisant ainsi les possibilités de fertilisation. Les sols sous Brachiaria brimntha présentaient un pH, des teneurs en azote, phosphore, potassium échangeable et une CEC plus faibles que les témoins, contrairement aux teneurs en matières organiques qui étaient plus élevées. Ces résultats suggéraient que Brachiaria béizontha influence négativement la fertilité des cacaoyères au bout de trois ans. (Résumé d'auteur)

Classification Agris : F08 - Cropping patterns and systems
P35 - Soil fertility
F01 - Crop husbandry

Auteurs et affiliations

  • Ndaka Bonguen S.M., IRAD (CMR)
  • Bourgoing Raymond, CIRAD-PERSYST-UPR Systèmes de pérennes (CMR)
  • Abossolo Angue M., Université de Yaoundé 1 (CMR)
  • Bilong P., Université de Yaoundé 1 (CMR)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/568485/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-03 ]