Agritrop
Home

Rapport final sur les travaux du CIRAD en appui au Centre National Antiacridien malgache dans le cadre du Projet de lutte préventive antacridienne : Convention de collaboration FOFIFA - CIRAD

Lecoq Michel, Luong-Skovmand My-Hanh, Gay Pierre-Emmanuel, Duranton Jean-François, Andriamaroahina Tsitohaina Ravoninjatovo, Borot Jean-Baptiste, Decherf Aurélia, Franc Alex, Ponzo Nicolas. 2009. Rapport final sur les travaux du CIRAD en appui au Centre National Antiacridien malgache dans le cadre du Projet de lutte préventive antacridienne : Convention de collaboration FOFIFA - CIRAD. Montpellier : CIRAD, 405 p.

Technical and research document
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_571244.pdf

Télécharger (13MB) | Preview

Abstract : Dans le cadre d'une convention avec le FOFIFA - signée fin août 2005 - le CIRAD a été chargé de la mise en oeuvre de prestations scientifiques au sein de la composante recherche/formation du Projet de lutte préventive antiacridienne (PLPA), financé par la Banque africaine de développement en appui au Centre national antiacridien malgache (CNA). Les travaux entrepris par le CIRAD de 2005 à 2009 avaient deux objectifs : o renforcer les connaissances sur l'écologie du criquet nomade - Nomadacris septemfasciata Serville - afin d'améliorer la stratégie de surveillance et de lutte ; o développer un outil de surveillance et d'aide à la décision, de type SIG, permettant de détecter en temps utile les zones à haut risque de pullulation du criquet migrateur - Locusta migratoria capito Saussure, de rendre plus rationnel les opérations de lutte préventive et d'optimiser le cadre opérationnel d'utilisation des insecticides ou des produits alternatifs en cours de développement comme les biopesticides¿ Les personnels clés liés au développement des activités du CIRAD ont été, d'une part, J.F. Duranton et A. Decherf (36 mois au lieu des 20 initialement prévus) en charge des activités liées au développement du SIG et à la cartographie des biotopes du Criquet migrateur, et d'autre part, M. Lecoq et M.H. Luong-Skovmand en charge des activités liées aux recherches sur le Criquet nomade dans le sud de Madagascar. P.E. Gay, en poste à Montpellier, a apporté un appui conséquent au traitement des données obtenues dans le cadre du projet. Divers étudiants français et malgaches et personnels temporaires ont, par ailleurs, participé aux travaux : J.B. Borot (étudiant français en master 2 de l'université de Nantes), A. Franc (entomologiste CIRAD) et N. Ponzo (ingénieur SIG CIRAD) pour ce qui est du développement du SIG, ainsi que A. Chamouine et A. Indriambelo (étudiants en DEA de l'université de Tuléar) pour les travaux sur le Criquet nomade. Les activités du CIRAD ont été réalisées en étroite concertation avec le CNA et sa Cellule de recherche opérationnelle et environnementale, ainsi qu'avec la collaboration toute particulière de sa Section Avertissement et Surveillance. Par ailleurs, divers travaux ont bénéficié de l'appui des chefs de poste et chefs de zone antiacridienne du CNA. Concernant le Criquet migrateur malgache, il s'agit sans aucun doute du ravageur des cultures le plus important à Madagascar. Suite à des séries d'évènements météorologiques favorables, les populations solitaires, de basse densité, peuvent se regrouper, se multiplier activement et donner lieu en quelques générations à l'apparition de formations grégaires, bandes larvaires et essaims migrateurs, qui peuvent rapidement envahir l'ensemble du pays et causer des dommages considérables aux cultures comme aux pâturages. La pluviométrie est le facteur clé du déclenchement de ces pullulations. Dès 1974 les bases d'un système de prévention du risque acridien avaient été établies, reposant sur le suivi des conditions pluviométriques, d'une part, et de la situation acridienne sur le terrain, d'autre part. Les zones recevant mensuellement entre 50 et 150 mm de pluie sont considérées comme très favorables aux pullulations. Le risque de grégarisation, de formation d'essaims et de démarrage d'une invasion devient très important si ces conditions sont réalisées sur une même zone durant trois mois consécutifs. Ces informations ont servies à l'époque à définir les bases du premier réseau d'avertissement acridien. Après l'invasion de 1997-2000, il est clairement apparu que cet outil devait être perfectionné et actualisé. Tel était l'objectif des travaux entrepris par le CIRAD dans le cadre du projet de lutte préventive antiacridienne. De fin 2005 à fin 2009, un outil d'aide à la gestion du risque acridien a ainsi été réalisé en collaboration avec le CNA et installé au sein de la Section Avertissement et Surveillance du Département Technique. Cet outil se présente sous la forme d'un système d'in

Classification Agris : H10 - Pests of plants

Auteurs et affiliations

  • Lecoq Michel, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA)
  • Luong-Skovmand My-Hanh, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA)
  • Gay Pierre-Emmanuel, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA) ORCID: 0000-0003-1328-6063
  • Duranton Jean-François, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA)
  • Andriamaroahina Tsitohaina Ravoninjatovo, CNA (MDG)
  • Borot Jean-Baptiste, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA)
  • Decherf Aurélia, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA)
  • Franc Alex, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA)
  • Ponzo Nicolas, CIRAD-BIOS-UPR Acridologie (FRA)

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/571244/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-10-09 ]