Agritrop
Home

Secondary forests in Equatorial Africa. Côte d'Ivoire - Cameroon - F. E. A.

Aubréville André, Bossanyi Ilona. 2015. Secondary forests in Equatorial Africa. Côte d'Ivoire - Cameroon - F. E. A.. Bois et Forêts des Tropiques (323) : pp. 19-48.

Journal article ; Article de revue à facteur d'impact Revue en libre accès total
[img]
Preview
Published version - Anglais
Use under authorization by the author or CIRAD.
579215.pdf

Télécharger (1MB) | Preview

Titre français : Les brousses secondaires en Afrique Equatoriale / Titre espagnol : Los matorrales secundarios en Africa Ecuatorial

Quartile : Q4, Sujet : FORESTRY

Abstract : “Secondary” forests are very different to “primary”, “noble” forests with their tall trees. Their exuberant, inextricable vegetation, with more lianas and small shrubs than trees, grows on formerly forested lands cleared for agriculture. In inhabited regions, they generally sur¬round villages and grow along roadsides, pushing the primary forest back to rocky hillsides and swamps. In Equatorial Af¬rica, “secondary” forests account today for 50 to 75% of all forested areas. These forests form in three stages: (i) seedlings appear of fast-growing sun-loving species (Musanga sp., Vernonia sp., Anthocleista sp.), which are not the same as primary forest species and which disperse their seeds over long distances; (ii) formation of an understorey, made up of the same shrub species as in “primary” forests but mixed in this case with a second group of banal sun-loving species characteristic of “secondary” forests, which quickly grow as high as the first group and sometimes higher; (iii) gradual reconstitution of “pri¬mary” forest with abundant Sapotaceae, Guttiferae and hard-wooded legu-minous species that are capable of regenerating in the undergrowth and through which some very tall trees eventually grow through the canopy. Okoumé (Aucoumea klaineana), a valuable species typical of “secondary” forests, is common in the so-called “primary” forests of Gabon, which in fact are on formerly cleared forest land. Today, the high potential of these “sec¬ondary” forests must not be allowed to “go up in smoke”. Quite the reverse: we must learn to guide their development to hasten the establishment of commercially valuable species. Abstract adapted by the editorial team. (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : La " brousse secondaire " s'oppose à la " forêt primaire ", forêt " noble " aux grands arbres. C'est une forêt exubérante, inextricable, avec plus de lianes et de petits bois que d'arbres, succédant à l'agriculture sur brûlis. Dans les régions habitées, elle entoure communément les villages et borde les routes, la forêt primaire étant reléguée aux collines rocheuses et marécages. En Afrique équatoriale, la " brousse secondaire " représente actuellement 50 à 75 % des surfaces forestières. La formation des brousses secondaires procède en trois phases : (i) l'apparition de semis d'espèces héliophiles (Musanga sp., Vernonia sp., Anthocleista sp.) à croissance rapide, qui diffèrent des espèces de " forêt primaire " et dont les graines sont dispersées sur de longues distances ; (ii) la formation d'un sous-bois, constitué cette fois des mêmes espèces arbustives qu'en " forêt primaire ", et où se mêle un second groupe d'espèces héliophiles banales, caractéristiques de la " brousse secondaire " et rattrapant le précédent, voire le surcimant ; (iii) la lente reconstitution de la " forêt primaire ", riche en sapotacées, guttifères et légumineuses au bois dur, capables de se régénérer dans les sous-bois, et parmi lesquelles de très grands arbres finissent par percer la voûte des cimes. L'okoumé (Aucoumea klaineana), essence précieuse typique des " brousses secondaires ", est ainsi fréquent dans les prétendues " forêts primaires " du Gabon, forêts qui ont été en réalité autrefois défrichées. On ne saurait admettre aujourd'hui que le fort potentiel des " brousses secondaires " soit invariablement réduit en cendres. Il faut au contraire apprendre à guider et hâter leur évolution en faveur d'espaces à haute valeur économique. Résumé adapté par la rédaction de la revue. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : forêt tropicale, Brousse, forêt secondaire, Composition botanique, Distribution géographique, forêt primaire, Régénération naturelle, Défrichement, Reconstitution forestière, Dynamique des populations, Aucoumea klaineana, Vernonia, Lophira, Dendrométrie, Biogéographie

Mots-clés géographiques Agrovoc : Gabon

Mots-clés complémentaires : Musanga, Anthocleista, Musanga cecropioides, Lophira procera, Essence commercialisable, Espèce pionnière

Classification Agris : K01 - Forestry - General aspects
F70 - Plant taxonomy and geography
F40 - Plant ecology
K10 - Forestry production

Champ stratégique Cirad : Axe 6 (2014-2018) - Sociétés, natures et territoires

Auteurs et affiliations

  • Aubréville André, CTFT (FRA)

Contributeurs et affiliations

  • Bossanyi Ilona - traducteur

Source : Cirad-Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/579215/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-03-01 ]