Agritrop
Home

Stratégie d'adaptation des éleveurs et modalités l'utilisation des parcours en Tunisie Centrale

Jemaa Tasnim. 2016. Stratégie d'adaptation des éleveurs et modalités l'utilisation des parcours en Tunisie Centrale. Montpellier : Montpellier SupAgro, 206 p. Thèse de doctorat : Zootechnie-système : Montpellier SupAgro

Thesis
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
JEMAA T. Thèse 20161018 Syst elev Tn Central - ED GAIA SupAgro.pdf

Télécharger (10MB) | Preview

Titre anglais : The adaptive strategies of the livestock farmers and the use modalities of the rangelands in Central Tunisia

Encadrement : Moulin, Charles-Henri ; Huguenin, Johann ; Najar, Taha

Abstract : Le développement de l'agriculture en Tunisie Centrale a favorisé l'expansion des cultures au détriment des terres de parcours et du secteur de l'élevage. L'arboriculture surtout d'oliviers, s'est développée grâce à la privatisation des terres collectives. En conséquence, il y a une régression de la superficie des parcours steppiques qui a été amplifié par très forte augmentation démographique dans les années 1970-90. En revanche, le cheptel national a connu une importante croissance, bien que pour la majorité des troupeaux, la végétation pastorale couvre à peine 20% des besoins alimentaire des animaux. Ce taux a chuté de façon très importante et de façon continue depuis 1995. Cette évolution induit une double problématique de vulnérabilité de la majorité des élevages : la dépendance à la disponibilité et prix des aliments concentrés ; les aléas météorologiques dont dépend les différentes sources de pâtures. Notre questionnement généralement porte sur la diversité des voies d'adaptations à ces facteurs de transition et les différences de vulnérabilité selon les choix d'adaptation des éleveurs. Nos travaux confirment que la chute de la couverture alimentaire par la végétation des parcours est de l'ordre de 80% en 6 ans. Cette contribution des parcours à l'alimentation des parcours repose essentiellement sur les parcours améliorés, qui représentent 75% de la superficie des parcours collectifs et domaniaux. La gestion par les services de l'Etat de l'accès à ces parcours améliorés permet une utilisation saisonnière, évitant des charges trop importantes. Cette régulation, imposée au travers du paiement d'un droit d'accès et d'un contrôle par des agents de l'Etat présents sur le terrain, semble plutôt bien fonctionner, d'un point de vue préservation de la ressource. Les parcours naturels sont quant à eux très peu fréquentés. Cette très faible utilisation est le reflet de décisions individuelles des éleveurs face à l'état de ces parcours. Le passage d'un système pastoral à u n système agropastoral, voir à territoire essentiellement de cultures s'avère une réalité, dans le cadre d'une transition de quelques décennies. Nos travaux permettent d'estimer que les concentrés constituent de 13 à 24 % de la matière sèche ingérée par les brebis, selon les 3 types d'élevage naisseurs. Le reste de l'ingéré correspond à des fourrages, distribués : foin, cactus... ; ou pâturés : chaumes de céréales, céréales sinistrées, déprimage, repousses ou végétation des parcours. Un système agriculture-élevage émerge nettement qui produit 3 agneaux par brebis en deux ans. Nos études sur l'identification des différentes formes d'adaptation, révèlent des pistes pour trouver des voies alternatives de gestion des parcours aptes à maintenir le renouvellement des ressources pastorales et de créer des nouvelles stratégies agropastorales. (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : The Tunisian agriculture development is supporting the expansion of cultivated at the expense of rangelands. The arboriculture especially olive-trees was developed thanks to the privatization of the collective lands. In addition a significant demographic increase amplified strongly the surface regression of the steppic rangeland s between 1970 and 1990. On the other hand, the national livestock showed a considerable growth, while the pastoral vegetation covers hardly 20% of the food needs of the animals for the majority of herds. Since 1995, this rate is decreasing significantly and continuously. This evolution induces a double problem of vulnerability f or the majority of the livestock farmers. A first issue is the availability and the price of concentrated food and the second issue is about the climate risks which various sources on grazing are depending. Our questioning is related to the diversity of the adaptive ways to these heavy transition factors and the differences in the vulnerability of the livestock farmers. Our study confirms that drop in feed coverage by rangeland vegetation is of the order of 80% in 6 years. This contribution is primarily resulting to the improved rangeland, which are accounting for 75% of the rea of the collective and state rangeland. The state management of the rangeland access allows a seasonal use which is avoiding important stocking rates. From a resources conservation point of view, this access regulation, which is imposed through the payment of the right of the access and the control by the government officials, seems to be functional. The natural rangelands which are not managed by the services of the State are very little attended. This low use is the reflection of the individual decision of the livestock farmers, facing the state of the resources on those natural rangelands. The transition from a pastoral system to an agropastoral system prove s to be carried out in very few decades. Our work showed that, for the three considered types of livestock systems with breeding ewes, 13 to 24% of the dry matter ingested by the ewes is provided by the concentrates. The rest of the feed corresponds to distributed fodder: hay, cactus...; or grazed resources: cereal stubble, cereals disaster victims, vegetation on rangelands. A mixed crop-livestock s y s tem is clearly emerging is: producing three lambs per ewe in two years. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Système agropastoral, Méthode d'élevage, Steppe, Adaptation de la production, Utilisation des terres, Parcours, Conduite d'élevage, Système d'élevage, Polyculture élevage, Alimentation des animaux, Ovin

Mots-clés géographiques Agrovoc : Tunisie, Afrique du Nord

Mots-clés complémentaires : Relation agriculture-élevage

Mots-clés libres : Adaptation des élevages en steppes, Agropastoralisme, Usages de terres de parcours, Systèmes d'alimentation des élevages ovins, Agriculture-élevage, Maghreb, Tunisie

Classification Agris : L01 - Animal husbandry
L02 - Animal feeding

Axe stratégique Cirad : Axe 1 (2014-2018) - Agriculture écologiquement intensive

Auteurs et affiliations

  • Jemaa Tasnim, CIRAD-ES-UMR SELMET (FRA)

Source : Cirad-Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/583727/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-01 ]