Agritrop
Home

Risque trypanosomien et innovation : le cas des éleveurs d'Afrique de l'Ouest

Bouyer Fanny. 2015. Risque trypanosomien et innovation : le cas des éleveurs d'Afrique de l'Ouest. Paris : Université Montpellier 2, 283 p. Thèse de doctorat : Santé publique, environnement et société : Université Montpellier 2

Thesis
[img] Published version - Français
Access restricted to CIRAD agents
Use under authorization by the author or CIRAD.
TheseFBouyer dec 2015.pdf

Télécharger (7MB) | Request a copy

Titre anglais : Trypanosomosis risk and innovation : the case of the livestock producers of West Africa

Encadrement : Chia, Eduardo ; Bouyer, Jérémy

Abstract : Les trypanosomoses animales africaines transmises par les glossines sont une des principales contraintes pathologiques au développement et à l'intensification de l'élevage en Afrique sub-saharienne. Leur contrôle repose sur deux grandes stratégies : la lutte autonome par les éleveurs qui vise à contrôler la maladie de manière à permettre une production rentable, et l'intervention étatique centralisée qui vise dans la plupart des cas l'éradication du vecteur et de la maladie. Cette seconde stratégie s'est amplifiée récemment dans le cadre de la campagne pan‐africaine d'éradication des glossines et des trypanosomoses (PATTEC), coordonnée par l'Union Africaine. Je me suis attachée à comprendre les capacités d'innovation des éleveurs face au risque de santé animale et réciproquement à l'effet du contrôle du risque sur les trajectoires d'innovation des éleveurs. Le terrain d'étude a concerné deux pays d'Afrique de l'Ouest: le Burkina Faso et le Sénégal. Au Sénégal, nous avons développé une approche coûts‐bénéfices originale d'un projet d'éradication, et montré que les bénéfices attendus dépendent essentiellement de l'innovation, grâce aux gains de productivité dus à la transition des systèmes d'élevage utilisant la race Djakoré trypanotolérante vers des systèmes d'élevage améliorés utilisant des races plus productives trypanosensibles. Au Burkina Faso (bassin du Mouhoun), les objectifs étaient de caractériser la perception du risque par les éleveurs, les stratégies autonomes de lutte et leurs capacités à adopter une nouvelle méthode de lutte contre les glossines, le pédiluve insecticide. Enfin, pour comprendre et anticiper l'impact de l'évolution du risque trypanosomien sur les trajectoires d'innovation des éleveurs et améliorer l'évaluation économique de la campagne d'éradication au Sénégal, une analyse croisée de 10 études de cas a permis d'identifier puis caractériser les dynamiques locales d'innovation, les logiques d'action et les indicateurs de capacités d'innovation des différents groupes d'éleveurs. Dans les deux sites d'étude, le dynamisme des réseaux socio‐ techniques auxquels appartiennent les éleveurs et leurs manières de le mobiliser permettent de comprendre l'impact de ce risque sanitaire sur les capacités d'innovation des éleveurs. Ces processus ont été étudiés en mobilisant une théorie de l'innovation, la SAR (sociologie de l'Acteur‐Réseau) et en combinant des méthodes d'enquêtes par questionnaire, d'épidémiologie participative et une analyse compréhensive socio‐technique inspirée de la méthode du GERDAL (Groupe d'Expérimentation et de Recherche, Développement et Actions Localisées). En perspective, les avancées liées à ce travail dans le domaine de l'hybridation des sciences vétérinaires et sociales sont discutées, et des pistes d'amélioration possibles sont proposées. Un des principaux enseignements de cette thèse est d'ordre méthodologique : une piste est proposée pour l'hybridation de méthodes d'épidémiologie participative et d'une analyse compréhensive socio‐technique basée sur les apports de la SAR et du GERDAL . (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : The African animal trypanosomosis transmitted by the tsetse flies are one of the main animal health constraint to the development and intensification of the cattle production in sub‐Saharan Africa. Their control relies on two major strategies: the farmer‐based control who aims for controlling the disease in order to allow a cost‐effective production, and the centralized state intervention who mostly aims at the eradication of the vector and the disease. This second strategy recently developped into the frame of the Pan African Tsetse and Trypanosomiasis Eradication Campaign (AU‐PATTEC), coordinated by the African Union. I aimed to understand the innovation capacities of the livestock producers facing the animal health risk and vice versa the effect of the risk control on the innovation trajectories of the livestock producers. The study area concerned two countries of West Africa: Burkina Faso and Senegal. In Senegal, we called on an original cost‐benefit approach of the eradication program, and showed that the expected benefits mainly relie on innovation, thanks to the productivity benefits resulting from the shift from the livestock breeding systems using the trypanotolerant Djakoré breed toward improved livestock breeding systems using more productive trypanosensible cattle breeds. In Burkina Faso (Mouhoun basin), the goals were to characterize the risk assessment by the livestock producers, the farmer‐based strategies and their capacities to adopt a new control method against tsetse flies, the insecticide footbath. At last, in order to understand and predict the impact of evolution of the trypanosomosis risk on the innovation trajectories of the livestock producers and to improve the economic analysis of the eradication campaign in Senegal, a cross‐sectionnal analysis of 10 case studies allowed identifying and characterizing the local dynamics of innovation, the rationales for action and the indicators of innovation capacities of the different groups of livestock producers. In the two study areas, the dynamism of the socio‐technical networks to whose the livestock keepers owned and the ways they are mobilized allowed to understand the impact of this animal health risk on the innovation capacities of the livestock producers. These processes have been studied mobilizing a innovation theory, the ANT (Actor Network Theory) and combining inquiry methods by questionnary, methods of participatory epidemiology and a comprehensive socio‐technical analysis inspired by the GERDAL's method (Groupe d'Expérimentation et de Recherche, Développement et Actions Localisées). In sight, the advances linked to this work in the field of the combination between vetenary and social sciences are discussed, and few potential ways of improvement are proposed. One of the mains learnings of this thesis is about method: a pathway is proposed for combination of methods of participatory epidemiology and a comprehensive socio‐technical analysis based on the inputs of the SAR and the GERDAL. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Trypanosomose africaine, Glossinidae, Vecteur de maladie, Méthode de lutte, Maladie transmise par vecteur, Élevage, Étude de cas, Innovation, Analyse coût avantage, Analyse économique, Contrôle de maladies

Mots-clés géographiques Agrovoc : Afrique occidentale, Sénégal, Burkina Faso

Mots-clés libres : Trypanosome, Afrique de l'Ouest, Glossines, Élevage, Lutte anti-vectorielle

Classification Agris : L72 - Pests of animals
L73 - Animal diseases
E14 - Development economics and policies

Axe stratégique Cirad : Axe 4 (2014-2018) - Santé des animaux et des plantes

Auteurs et affiliations

  • Bouyer Fanny, CIRAD-BIOS-UMR CMAEE (FRA)

Source : Cirad-Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/583787/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-03 ]