Agritrop
Home

Vers une compréhension des relations entre les baobabs et quelques éléments des écosystèmes forestiers de l'ouest de Madagascar: pollinisateurs, disperseurs et prédateurs

Andriantsalaza S., Rasoamanana E.N., Razanamaro Onja, Elgoyen C., Leong Pock Tsy Jean-Michel, Ramavovololona Perle, Rakouth Bakolimalala, Roger Edmond, Danthu Pascal. 2016. Vers une compréhension des relations entre les baobabs et quelques éléments des écosystèmes forestiers de l'ouest de Madagascar: pollinisateurs, disperseurs et prédateurs. In : Recherches interdisciplinaires pour le développement durable et la biodiversité des espaces ruraux malgaches. Duchaufour Hervé (ed). Antananarivo : PARRUR, pp. 349-368. ISBN 978-2-9559658-0-1

Book chapter
[img]
Preview
Published version - Français
License CC0 1.0 Public Domain Dedication.
Andriantsaralaza 2016.pdf

Télécharger (685kB) | Preview

Titre anglais : Towards a better understanding of relations between baobabs and some forest ecosystem key elements of the West part of Madagascar: pollinators, dispersers and predators

Abstract : Pour compléter les connaissances scientifiques permettant de poser les bases d'une gestion durable des baobabs malgaches et des écosystèmes qui les abritent, le projet EcoBao (Ecosystème Baobab) a développé un ensemble d'études afin de préciser certaines interactions entre les baobabs et les autres éléments de leurs écosystèmes. Un focus a été fait sur les pollinisateurs, les disperseurs de graines et les prédateurs des jeunes plants. Nos résultats montrent que les baobabs sont pollinisés par les chauves-souris, les abeilles ou les microcèbes. Mais les principaux pollinisateurs sont des papillons de nuit de la famille des sphingidae. Les sphinx sont adaptés à chaque espèce de baobab : la cohorte des pollinisateurs visitant les baobabs de la section des Brevitubae est différente de celle visitant les Longitubae. Soixante-quatre composes, principalement aromatiques chez les Longitubae et aliphatiques chez les Brevitubae, ont ete identifies dans le parfum des fleurs des baobabs. Nos résultats portant sur la dispersion des graines montrent que la mégafaune disparue (tortues géantes) ou actuelle (grand bétail) a été (ou est) apte à assurer une dissémination des graines. La dispersion par hydrochorie des graines est également efficace, et peut expliquer la concentration spatiale a proximité des points d'eau de nombreux baobabs. L'importance des filtres environnementaux sur la distribution spatiale et sur la régénération naturelle des baobabs a également été mise en exergue. Enfin, des résultats préliminaires montrent que les achatines peuvent avoir une action prédatrice sur les jeunes plants de baobab et donc avoir un effet négatif sur leur régénération. (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : Project EcoBao (Ecosysteme Baobab) has developed a set of studies specifying a number of interacting factors between baobabs and other aspects of their ecosystems, thus complimenting the scientific knowledge which enables the basis to be determined for the sustainable management of Malagasy baobabs and the ecosystems they occupy. These studies concentrate on the pollinators, the seed dispersers and the predators of young baobab plants. Our results show that baobabs are pollinated by bats, bees and mouse lemurs. However, the main pollinators are night moths of the Sphingidae family. Sphinx moths are adapted to each of the baobab species. The cohort of pollinators that visits baobabs of the Brevitubae section differ from that which visits the Longitubae. Sixty-four components have been identified in the floral fragrances of the baobab, predominately aromatic in the Longitubae section and aliphatic in the Brevitubae. Our results from studies of seed dispersal show that megafauna, such as the extinct giant tortoise, was capable, and in the case of large cattle, still is capable of ensuring the dissemination of seed. Dispersal of seed by hydrochory is also effective, which explains the spacial distribution of baobabs close to sites of water. The importance of environmental filters on the spacial distribution and on the natural regeneration of baobabs has also been highlighted. Finally, preliminary results show that land snails of the Achatinidae family may also exert a predatory action on young baobab plants, consequently impeding their regeneration. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Adansonia digitata, écosystème forestier, Régénération naturelle, Distribution géographique, Pollinisation, Pollinisateur, Dissémination des graines, Achatina fulica, Sphinx, Chiroptera, Apidae, Taxonomie, Odeur, Adansonia, Composé aliphatique, Composé aromatique, gestion des ressources naturelles

Mots-clés géographiques Agrovoc : Madagascar

Mots-clés complémentaires : Lissachatina fulica, Microcebe

Classification Agris : K01 - Forestry - General aspects
F63 - Plant physiology - Reproduction
F40 - Plant ecology
F70 - Plant taxonomy and geography
F60 - Plant physiology and biochemistry

Champ stratégique Cirad : Axe 6 (2014-2018) - Sociétés, natures et territoires

Auteurs et affiliations

  • Andriantsalaza S., Université d'Antananarivo (MDG)
  • Rasoamanana E.N., Université d'Antananarivo (MDG)
  • Razanamaro Onja, Université d'Antananarivo (MDG)
  • Elgoyen C., UPEC (FRA)
  • Leong Pock Tsy Jean-Michel, DP Forests and Biodiversity (MDG)
  • Ramavovololona Perle, Université d'Antananarivo (MDG)
  • Rakouth Bakolimalala, Université d'Antananarivo (MDG)
  • Roger Edmond, Université d'Antananarivo (MDG)
  • Danthu Pascal, CIRAD-DGDRS-DRE (MDG)

Source : Cirad-Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/585573/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-10-22 ]