Agritrop
Home

The influence of nutrition on the periparturient rise in fecal egg counts in dairy goats : Results from a two-year study

Etter Eric, Chartier Christophe, Hoste Hervé, Pors Isabelle, Bouquet W., Lefrileux Y., Borgida L.P.. 1999. The influence of nutrition on the periparturient rise in fecal egg counts in dairy goats : Results from a two-year study. Revue de Médecine Vétérinaire, 150 (12) : pp. 975-980.

Journal article ; Article de recherche ; Article de revue à facteur d'impact
[img]
Preview
Published version - Anglais
Use under authorization by the author or CIRAD.
Etter-E.pdf

Télécharger (4MB) | Preview

Titre français : Influence de la nutrition sur l'élévation coproscopique d'oeufs de strongles autour de la mise-bas chez la chèvre laitière : résultats d'une étude sur deux années

Abstract : The periparturient relaxation in immunity (PPRI) to nematode infection in ewes is well known and it is associated with a rise in faecal egg counts during the periparturient period. In order to assess an eventual relationship between the PPRI and the nutritional status of periparturient females, a twoyear study was carried out in a dairy goat flock. On year 1, pregnant does were fed at 26 % below their energy (UFl) requirements and 5 % above their protein (PDI) ones during the last 3 weeks before parturition (week 0) and an increase in nematode egg counts occurred from week -2 to week +4 with a predominance of Oesophagostomum larvae in coprocultures. In year 2, two groups of pregnant goats were fed at about 100 % their energy requirements and 28 and 44 % above the protein requirements respectively during the same period. In this latter situation, no nematode egg count increase occurred in any of the two groups of animals, Teladorsagia and Trichostrongylus being the prevalent larval genera in coprocultures. As the study covered two consecutive years, the implication of several factors related to host physiology, parasite epidemiology and host nutrition are discussed.

Résumé (autre langue) : Le relâchement de l'immunité vis-à-vis des nématodes parasites autour de la mise-bas chez la brebis est bien connu et est associé à une élévation des valeurs coproscopiques autour de la mise-bas. Afin de déterminer une éventuelle relation entre ce phénomène et le statut nutritionnel des femelles autour de la mise-bas, une étude sur 2 années a été conduite dans un troupeau de chèvres laitières. En année 1, les chèvres gestantes ont reçu une ration déficitaire de 26 % pour les besoins énergétiques et excédentaire de 5 % pour les besoins protéiques durant les 3 dernières semaines de gestation : elles ont présenté une élévation des valeurs coproscopiques de la seconde semaine avant à la quatrième semaine après la mise bas avec une prédominance de larves de type Oesophagostomum dans les coprocultures. A l' opposé, en année 2, deux groupes de chèvres gestantes ont reçu une ration couvrant les besoins énergétiques à 100 % et dépassant les besoins protéiques respectivement de 28 et 44 % durant la même période. Dans cette dernière situation, aucune augmentation des valeurs coproscopiques ne s'est produite dans aucun des groupes, Teladorsagia et Trichostrongylus étant les larves les plus fréquentes dans les coprocultures. Etant donné que l'étude s'est déroulée sur 2 années consécutives, l'implication de plusieurs facteurs reliés à la physiologie de l'hôte, à l'épidémiologie des parasites et à la nutrition de l'hôte sont discutés.

Classification Agris : L51 - Animal physiology - Nutrition
L53 - Animal physiology - Reproduction

Auteurs et affiliations

  • Etter Eric, AFSSA (FRA)
  • Chartier Christophe, AFSSA (FRA)
  • Hoste Hervé, ENVT (FRA)
  • Pors Isabelle, AFSSA (FRA)
  • Bouquet W., AFSSA (FRA)
  • Lefrileux Y., Station de Pradel, Ferme expérimentale caprine (FRA)
  • Borgida L.P., AFSSA (FRA)

Source : Cirad-Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/586689/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-02-10 ]