Agritrop
Home

Réduction de la mycotoxicité dans l'agriculture malienne à partir de l'utilisation de biochar obtenu des sous-produits de la filière cajou

Ahmadou Abderahim. 2019. Réduction de la mycotoxicité dans l'agriculture malienne à partir de l'utilisation de biochar obtenu des sous-produits de la filière cajou. Montpellier : Université de Montpellier, 171 p. Thèse de doctorat : Sciences des aliments et nutrition : Université de Montpellier

Thesis
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
ID595837.pdf

Télécharger (6MB) | Preview

Titre anglais : Mycotoxicity reduction in Malian agriculture from the use of biochar made from by-products of the cashew industry

Encadrement : Montet, Didier ; Napoli, Alfredo

Abstract : Trois biochars issus de coques de noix de cajou brutes ou prétraitées ont été produits par pyrolyse à 400, 600 et 800°C sous azote. Une surface spécifique allant de 145 à 306 m²/g a été développée par les différents biochars en fonction de la biomasse (coques brutes ou prétraitées) et de la température de pyrolyse. L'augmentation de la température de pyrolyse entraine une augmentation de la porosité et les biochars sont microporeux. Lorsqu'ils sont produits à 400, 600 et 800°C, les rendements en biochars sont de 25, 22 et 20 % respectivement. Le pourcentage de carbone pour les différents biochars varie entre 70 et 87 % en fonction de la température de production ; le pH de ces trois matériaux carbonés est basique et se situe entre 9 et 11. Les biochars produits à 800°C présentent les meilleures capacités d'adsorption des mycotoxines (aflatoxines et ochratoxine A) en solutions aqueuses. La modélisation avec les équations de Freundlich et de Langmuir ont permis de comprendre le mécanisme d'adsorption des aflatoxines et l'ochratoxine A respectivement. La cinétique d'adsorption des deux mycotoxines obéit au modèle cinétique du pseudo deuxième ordre. L'étude des interactions entre le biochar et les moisissures toxinogènes (Aspergillus carbonarius et Aspergillus parasiticus), a révélé que le biochar n'a pas d'influence sur elles.

Résumé (autre langue) : Three biochars issued from raw or pretreated cashew nut shell were produced at 400, 600 and 800°C under nitrogen by pyrolysis in inert atmosphere. The specific surface area developed by these biochars were between 145 and 306 m²/g depending on biomass (raw or pretreated shell) and pyrolysis temperature. The increase of pyrolysis temperature leads to an increase in biochar porosity and the biochars were microporous materials.The carbon contain of these different biochars ranged between 70 and 87 % depending on pyrolysis temperature.The pH of these three carbonaceous materials were basic between 9 and 11. When produced at 400, 600 and 800°C, the biochars yields were 25, 22 and 20 % respectively. Biochars produced at 800°C had the best adsorption capacity of mycotoxins (aflatoxins and ochratoxin A) in aqueous solutions. Modeling with the Freundlich and Langmuir equations made it possible to understand the adsorption mechanism of aflatoxins and ochratoxin A respectively. The adsorption kinetics of both mycotoxins follow the pseudo-second order kinetic model. The study of interactions between biochar and toxigenic molds (Aspergillus carbonarius and Aspergillus parasiticus) revealed that biochar had no influence on them.

Mots-clés Agrovoc : Traitement des déchets, Pyrolyse, Aspergillus parasiticus, Mycotoxine

Mots-clés géographiques Agrovoc : Mali

Mots-clés complémentaires : biochar, Aspergillus carbonarius

Classification Agris : Q70 - Processing of agricultural wastes

Auteurs et affiliations

  • Ahmadou Abderahim, CIRAD-PERSYST-UMR Qualisud (FRA)

Source : Cirad-Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/595837/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-06-12 ]