Agritrop
Home

Les maladies graves du palmier à huile en Afrique et en Amérique du Sud

Renard Jean-Luc, Quillec G.. 1984. Les maladies graves du palmier à huile en Afrique et en Amérique du Sud. Oléagineux, 39 (2) : pp. 57-67.

Journal article ; Notoriété en attente de mise à jour
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
ID453812.pdf

Télécharger (701kB) | Preview

Titre français : Enfermedades destructoras de la palma africana en el Africa y en Suamerica / Titre anglais : Destructive diseases of oil palm in Africa and South America

Abstract : Le Fusarium oxysporum f. sp. elaeidis est le parasite le plus répandu en Afrique. Le test d'inoculation en prépépinière permet la sélection de lignées dont la sensibilité en replantation dans des zones à fusariose est inférieure à 60 p. 100 de la lignée témoin (connue pour sa bonne tolérance dans la première génération) plantée dans les mêmes conditions. En Amérique latine, la chlorose des jeunes feuilles, la pourriture de la flèche ou du coeur sont les causes principales de la mortalité qui a empêché la culture de E. guineensis à Turbo, en Colombie. L'hybride E. melanococca x E. guineensis est tolérant. La cause de la maladie est inconnue. La maladie des taches annulaires apparaît dans des plantations de jeunes palmiers où des graminées prédominent. Une autre forme de cette maladie, transmise par Sogatella cubana et/ou S. kolophon, existe en Afrique. Dans les deux cas, l'agent étiologique est inconnu. L'éradication des graminées réduit les dégâts. La Marchitez est associée à des protozoaires intraphloémiques. Son vecteur est inconnu, mais la pulvérisation de la base du stipe avec de l'Endrine deux fois par an limite l'incidence de cette maladie

Résumé (autre langue) : Fusarium oxysporum f. sp. elaeidis is the most widespread parasite in Africa. The prenursery inoculation test allows lines to be chosen whose sensitivity in replanting in a wilt zone is less than 60 p. 100 of the control line (known for its good tolerance in the first generation) planted under the sa.me conditions. In replanting, young plants should be positioned in the interrow, 4.5 m from the site of the old palms. Bare soil cultivation reduces the occurrence of the disease by 40 p. 100. In Latin America, chlorosis of young leaves, and rotting of the spear or bud is the main cause of mortality that has prevented the cultivation of E. guineensis at Turbo in Colombia. The hybrid E. melanococca x E. guineensis is tolerant. The cause of this disease is unknown. Annular ring disease appears in plantations of young palms where grasses predominate. A variant of this disease, transmitted by Sogatella cubana and/or s. kolophon, exists in Africa. In both cases the etiological agent is unknown. Elimination of grasses reduces the damage. Marchitez is associated with intraphloemic protozoa. lts vector is unknown, but spraying the base of the stem with Endrin twice yearly reduces the occurrence of this disease. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Elaeis guineensis, Maladie des plantes, Fusarium oxysporum, Pourriture, Symptome, Pratique culturale, Vecteur de maladie, Agent pathogène, Étiologie, Protozoa, Mauvaise herbe, Contrôle de maladies, Champignon pathogène, Fusariose, Pourriture de la flèche

Mots-clés géographiques Agrovoc : Afrique, Amérique du Sud

Mots-clés complémentaires : Elaeis melanococca, Pourriture du coeur, Tache annulaire, Pourriture sèche, Marchitez

Auteurs et affiliations

  • Renard Jean-Luc
  • Quillec G.

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/453812/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-01 ]