Agritrop
Home

Caractérisation du pouvoir pathogène et de la biodiversité de plusieurs populations de nématodes apparentés à Pratylenchus coffeae sur caféiers (Coffeae sp.) et bananiers (Musa sp.)

Saint Macary Marie Emmanuelle. 2002. Caractérisation du pouvoir pathogène et de la biodiversité de plusieurs populations de nématodes apparentés à Pratylenchus coffeae sur caféiers (Coffeae sp.) et bananiers (Musa sp.). Pau : UPPA, 49 p. Mémoire DESS : Protection et valorisation du végétal : Université de Pau et des Pays de l'Adour

Disertation
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
SAINT_MACARY-2002-population nematodes cafeiers bananiers.pdf

Télécharger (4MB) | Preview

Abstract : The specific characterization of nematodes, like all other plant pests, is a major stake to develop efficient and durable control strategies. Recent studies showed that P. coffeae, causing important damages on banana and coffee plants in the neotropical region, in fact regrouped a specie complex very difficult to identify by classical taxonomy tools. Studies have been undertaken on some isolates of Pratylenchus spp. taken on these two crops, to precise their pathogenicity and try to define some characterization tools as acurrate as possible. A biochemical approach has been undertaken by the study of esterase diversity with the isoelectric focusing technique. This study has allowed to reveal an important diversity between isolates but still stay insufficient at this steps to clarify their taxonomic status. Studies in planta confirmed an important negative correlation between the nematode population development in roots (agressivity) and the amount damage (roots weight), on banana as well as coffee plant. Chlorophyll rate in banana leaves was also negatively correlated to the nematode number. On the other hand, this parameter was not considered on coffee plant, the plantlets, too young, presenting not sufficient chlorophyllian pigments. Isolates showed a large range of agressivity, and therefore, damage on studied plants. Moreover, the isolates taken on coffee plant were not able to develop on banana plant. In contrast, isolates taken on banana plant were able to develop on coffee plant. This result is not in agreement with the use of banana and coffee plant as intercrop on some countries. Isolates take on plantain were not able to develop neither on banana nor coffee plant. All results confirmed the important diversity between all Pratylenchus isolates. These data also showed the complexity of traditional populations regrouped under the name P. coffeae. They supported the necessity to find acurrate tools to clarify this specific complex and to adapt pest control. Among those, the varietal resistance could play a major part. Preliminary tests on Coffea canephora material screening, already know for these numerous resistances, outlet on the demonstration of a variety which were resistant to the complex “P. coffeae”, This variety belongs to the subgroup SG2 in the “Congolais” goup. However, following hardiness observations on this plant, this group is since a long time used like rootstock in many countries. Few studies have been carried out on the resistance of this plant material. It now appears necessary to encourage this way to find some efficient control strategie against this parasitic complex. (Résumé d’auteur)

Résumé (autre langue) : La caractérisation précise des nématodes, au même titre que les divers pathogènes ou parasites des plantes, est un enjeu majeur pour le développement de stratégies de lutte efficaces et durables. Des études récentes ont montré que l'appellation #Pratylenchus coffeae#, responsables de dommages majeurs sur bananiers et caféiers de la zone néotropicale, regroupait en fait un complexe d'espèces très difficiles à distinguer par les outils classiques de la taxinomie. Des études ont donc été entreprises sur un certain nombre d'isolats de #Pratylenchus# spp. prélevés sur ces deux cultures, afin de préciser leur pouvoir pathogène et d'essayer de définir des outils de caractérisation aussi précis que possible. Une approche biochimique a été effectuée en mesurant la diversité des estérases par la technique d'isofocalisation. Cette étude a permis de révéler une importante diversité entre les isolats mais reste encore à ce stade, insuffisante pour élucider leur statut taxinomique. Les études #in planta# réalisées ont permis de confirmer une forte corrélation négative entre le développement des populations de nématodes dans les racines (agressivité) et les dommages évalués par le poids des racines, aussi bien sur bananier que sur caféier. Le taux de chlorophylle dans les feuilles de bananier est également négativement corrélé au niveau des populations de nématodes observés. En revanche, ce paramètre n'a pu être pris en compte pour les caféiers, les plants, trop jeunes, ne présentant pas un niveau suffisant de pigments chlorophylliens. Les isolats étudiés montrent une gamme étendue d'agressivité et donc, de dommages sur les plantes étudiées. De plus, les isolats prélevés sur caféiers se révèlent inaptes à se développer sur bananiers à la différence de ceux prélevés sur bananiers capables de se développer sur caféiers. Ce dernier résultat remet en cause le recours à des cultures intercalaires de bananiers et de caféiers préconisés dans certains pays. L'isolat prélevé sur bananier plantain n'a pu se développer ni sur bananier Cavendish ni sur caféier. Tous ces résulats confirment l'importante diversité entre les divers isolats de #Pratylenchus# spp. étudiés, et donc la complexité des peuplements traditionnellement regroupés sous l'appellation #P. coffeae#. Cela renforce donc la nécessité de mettre au point des outils permettant de clarifier ce complexe spécifique et d'adapter les méthodes de lutte. Parmi celles-ci la résistance variétale pourrait jouer un rôle majeur. Les test préliminaires concernant le criblage de matériels de #Coffea canephora#, déjà connu pour ses nombreuses résistances, débouchent sur la mise en évidence d'une variété résistante aux nématodes du complexe #P. coffeae#. Cette variété appartient au sous groupe SG2 du groupe " congolais ". Or, suite à des observations de robustesse, ce groupe est depuis longtemps utilisé comme porte-greffe dans de nombreux pays. Peu d'études ayant lieu sur la résistance de ce matériel végétal, il semble désormais nécessaire de privilégier cette voie dans le but de trouver des moyens de lutte efficace et contrer ainsi les ravages générés par ce type de parasites. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Musa, Coffea, Nématode des plantes, Pouvoir pathogène, Biodiversité, Lutte antinématode, Pratylenchus coffeae, Isoélectrofocalisation, Dégât, Ressource génétique, Résistance aux maladies

Classification Agris : H10 - Pests of plants

Auteurs et affiliations

  • Saint Macary Marie Emmanuelle, CIRAD-AMIS-PROTECTION DES CULTURES (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/510967/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-06 ]