Agritrop
Home

Le processus de libéralisation et la crise ivoirienne : une mise en perspective à partir du cas des filières agricoles

Losch Bruno, Mesplé-Somps Sandrine, Chauveau Jean-Pierre, Contamin Bernard. 2003. Le processus de libéralisation et la crise ivoirienne : une mise en perspective à partir du cas des filières agricoles. Montpellier : CIRAD-TERA, 54 p. N° de rapport : CIRAD-TERA N°06-03

Technical and research document
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
ID514004.pdf

Télécharger (24MB) | Preview

Abstract : Le risque actuel d'implosion de la Côte d'Ivoire constitue l'expression récurrente d'une grave crise économique, sociale et politique, engagée dès le début des années 1980, qui résulte de l'essoufflement de nombreux blocages du modèle de croissance économique et du mode de régulation politique qui lui est lié. En regard de cette crise, les politiques de libéralisation imposées par les bailleurs de fonds correspondent à un réformisme standard. La libéralisation des filières agricoles ne fait pas exception et n'a pas reposé sur des objectifs spécifiques. Ces objectifs de la libéralisation se sont avérés largement inadaptés à l'ampleur des défis ivoiriens. Ainsi le processus de libéralisation et de privatisation n'a pas pu déboucher sur un nouvel environnement concurrentiel. Les anciens monopoles publics et para-publics ont été remplacés par des oligopoles privés. L'exemple des filières agricoles fait apparaître le processus de libéralisation comme un facteur aggravant de l'instabilité. Les résultats techno-économiques sont fragilisés par une connexion accrue à des marchés internationaux défavorables qui ont gommé l'effet incitatif de la dévaluation du franc CFA pour les producteurs. Les inerties de structures n'ont pas permis un changement réel des conditions de la compétitivité. Cette incertitude du contexte et des nouvelles règles du jeu a renforcé la précarité de la situation des producteurs agricoles. Plus généralement les réformes n'ont pas été en mesure de répondre à l'ampleur de la crise sociale. En conclusion, la priorité accordée au court terme a conduit à une inefficacité des politiques de libéralisation. Surtout, la délégitimation de l'État apparaît comme une conséquence directe des réformes de libéralisation et des ajustements budgétaires. Aujourd'hui, en Côte d'Ivoire, la reconstruction nationale impose de dépasser les luttes de faction pour le contrôle du pouvoir afin de refonder un projet stratégique à même de relever les défis d'un pays "déclassé". Tous les efforts devraient être portés sur la réhabilitation des politiques publiques (à ne pas confondre avec les politiques étatiques) qui sont par essence l'expression de choix basés sur des compromis nationaux qui doivent être refondés. Dans le domaine rural, l'attention devrait être portée en particulier sur le caractère de plus en plus " rurbain " des campagnes, sur les difficultés d'insertion des jeunes, sur le rétablissement de la confiance entre autochtones et migrants.

Mots-clés Agrovoc : Contexte économique, Politique, Crise économique, Trouble social

Mots-clés géographiques Agrovoc : Côte d'Ivoire

Classification Agris : E10 - Agricultural economics and policies

Auteurs et affiliations

  • Losch Bruno, CIRAD-TERA-AFM (FRA)
  • Mesplé-Somps Sandrine, DIAL (FRA)
  • Chauveau Jean-Pierre, IRD (FRA)
  • Contamin Bernard, UPPA (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/514004/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-05-19 ]