Agritrop
Home

Etude de la cochenille du vanillier Conchaspis angraeci : biologie et méthodes de lutte : Programme sectoriel "Vanille"; convention Cirad - Provanille. Synthèse technique de l'opération 2002-2004

CIRAD-AMIS-UMR PVBMT - REU. 2005. Etude de la cochenille du vanillier Conchaspis angraeci : biologie et méthodes de lutte : Programme sectoriel "Vanille"; convention Cirad - Provanille. Synthèse technique de l'opération 2002-2004. Montpellier : CIRAD-FLHOR, 23 p.

Technical and research document
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_525680.pdf

Télécharger (1MB) | Preview

Abstract : L'étude bio-écologique de Conchaspis angraeci Cockerell, ravageur des cultures de vanille à La Réunion, a été effectuée de 2002 à 2004 dans le cadre du programme sectoriel vanille,financé par le Conseil Général de la Réunion. Conchaspis angraeci présente trois stades de développement (deux stades larvaires et un stade adulte). En réalisant un élevage sur une jeune bouture de vanillier, nous avons déterminé son cycle biologique qui dure environ 90 jours. La longue durée de son développement couplée à sa fixation rapide dès le premier stade larvaire L1 constitue un obstacle à sa dissémination. A contrario, cette formation rapide du bouclier fournit aux individus une protection contre des ennemis naturels ou un insecticide. Depuis son premier recensement en 1997, la cochenille s'est propagée dans les vanilleraies de l'île. Néanmoins, sa situation sur l'île est relativement hétérogène en terme de distribution géographique, de niveaux d'infestation entre parcelles ainsi qu'au sein même d'une parcelle et selon le mode de culture. De Ste Suzanne à Ste Rose, les niveaux d'infestation sont beaucoup plus importants que dans la région de St Philippe qui est pour le moment relativement épargnée (quelques pieds recensés en 2004). Les parcelles de type sous-bois présentent par ailleurs des effectifs sensiblement inférieurs à ceux rencontrés sur des parcelles cultivées en intercalaire de canne à sucre ou en plein champ. On peut également constater que des pieds adjacents à une liane infestée ne sont pas touchés par Conchaspis. L'intensification de la culture (densité des plants, fertilisation, irrigation) semble favorisée le développement et la propagation de la cochenille. Les auxiliaires naturels indigènes sont peu nombreux et incapables de contrôler les populations de cochenille. De plus, des essais de prédation par des coccinelles locales prédatrices de cochenilles n'ont pas donné les résultats escomptés. En parallèle, des recherches sur des auxiliaires exotiques ont été lancées en envoyant une fiche d'information à des interlocuteurs susceptibles de nous fournir des informations. La recherche d'une solution de traitement curatif basée sur l'emploi d'insecticides a été menée par le SPV. Notre étude a montré que les stades larvaires mobiles, plus sensibles aux traitements chimiques, sont plus nombreux pendant la saison chaude. Le futur protocole de traitement insecticide devra prendre en compte cet aspect ainsi que le délai d'application avant récolte et la gestion de la résistance aux produits afin d'optimiser l'efficacité de la lutte chimique. A l'heure actuelle, étant donné l'absence d'auxiliaires efficaces et d'insecticides homologués contre ce ravageur, le contrôle de l'infestation sur l'île ne pourra être effectué que par le biais de mesures prophylactiques telles que l'arrachement des lianes fortement contaminées et leur remplacement par des boutures certifiées indemnes de cochenilles (et de virus) issues de la pépinière de Provanille. Dans cette optique, la fiche technique sur Conchaspis angraeci réalisée par le CIRAD en collaboration avec le SPV est un outil important d'information et de sensibilisation de la profession afin de limiter au maximum la propagation de la cochenille, en particulier lors de l'établissement de nouvelles parcelles. Cette fiche constituera également une référence pour les autres pays producteurs de vanille de la zone océan Indien et pourra être distribuée dans le cadre de la coopération régionale avec le PRPV (Programme Régional de Protection des Végétaux). En effet, il ne serait pas surprenant que dans un futur plus ou moins proche, Madagascar et les Comores ne soient touchées par cette cochenille. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Vanilla planifolia, Coccidae, Lutte biologique, Agent de lutte biologique, Lutte chimique, Insecticide, Méthode de lutte, Biologie, Cycle de développement, Taxonomie, Plante hôte, Distribution géographique

Mots-clés géographiques Agrovoc : Réunion

Mots-clés complémentaires : Conchaspis angraeci, Cochenille

Classification Agris : H10 - Pests of plants

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/525680/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-09-30 ]