Agritrop
Home

Stratégies des planteurs de cocotiers au Ghana face à la maladie du jaunissement mortel

Ruf François. 2008. Stratégies des planteurs de cocotiers au Ghana face à la maladie du jaunissement mortel. In : International Workshop on Lethal Yellowing Diseases on Coconut, Ghana, Accra, 3-6 June 2008. FARA, CIRAD, France-MAE, CSIR. Accra : CIRAD, pp. 67-84. International Workshop on Lethal Yellowing Disease on Coconut, Accra, Ghana, 3 June 2008/6 June 2008.

Paper without proceedings
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_546235.pdf

Télécharger (5MB) | Preview
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_546235.pdf

Télécharger (119kB) | Preview
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_546235.pdf

Télécharger (198kB) | Preview

Titre anglais : Strategies of coconut producers when facing lethal yellowing diseases

Abstract : Au Ghana, le cocotier connait un fort développement dans les années 60 à 80, dans la région "Western", sur sa frange côtière. Puis, progressivement touchées par la maladie du jaunissement mortel, de nombreuses plantations disparaissent. La réponse des planteurs est l'arrêt des investissements dans le cocotier, et avec quelques années de retard, la diversification vers le palmier, le cacaoyer et l'hévéa. Dans le même temps, d'autres villages, plus à l'intérieur des terres, indemnes de la maladie, continuent de planter des cocotiers. Entre les deux, le "coeur" du bassin de production de noix de coco, la région de Jomoro, reste également indemne, mais connaît un vieillissement et une baisse de production. Il en résulte un déplacement structurel des foyers de production, qui est analysé ici à travers un modèle élaboré pour d'autres cultures pérennes en situation de quasi monoculture notamment le cacaoyer, montrant une logique en termes de cycles régionaux, se succédant les uns aux autres. Ce "déroulement de cycles" est relativement indépendant des changements des prix. Il s'articule sur un épuisement de la rente du milieu naturel, et sur la conjonction entre cycle de vie de la plantation et cycle de vie familial. Ce modèle en relative indépendance du prix est d'abord testé avec succès sur le cas du cocotier au Ghana, avant 2005/06. En 2005/06, survient un changement économique majeur. L'arrivée d'acheteurs Nigérians contribue à faire doubler les prix des noix de coco. En 2007, le prix continue de monter. Sur un plan strictement technicoéconomique, aux prix affichés par les acheteurs Nigérians, la culture du cocotier hybride, moins vulnérable que le cocotier local, semble à nouveau très rentable, avec un facteur risque accepté dans les réions non touchées. La conjoncture permet donc de tester ce que dit le modèle dans le cas d'une hausse de prix, à l'opposé de la théorie néoclassique de base: dans la région de production de noix de coco, la réponse au prix est très faible. Dans ces zones de monoculture vieillissante, la hausse n'a plus grand effet. Les ressources en terre, en travail et même en capital sont trop laminées pour permettre des réinvestissements et une relance. Certains arrangements institutionnels qui peuvent servir de multiplicateurs d'investissement en phase de boum peuvent aussi devenir des freins. Même dans les zones encore indemnes, où curieusement la majorité des planteurs pensent encore que leurs cocotiers échapperont à la maladie, les enquêtes confirment très peu de réinvestissements des planteurs dans le cocotier sur la bande côtière, et l'absence d'impact de la hausse du prix depuis 2005/06. Le modèle explique la réalité à l'échelle de la région: la récession de la culture autrefois dominante est quasi inévitable. En revanche, la réponse favorable à la hausse de prix peut s'exprimer dans de nouveaux districts et nouvelles provinces du Ghana, également en Côte d'Ivoire, renforçant le processus de déplacement des foyers de production. Ce déplacement, structurel, peut laisser espérer un nouvel avenir pour le cocotier au Ghana, dans un contexte de demande régionale en pleine croissance (Nigeria, Burkina Faso, Mali). Pour autant, l'abandon programmé de toute recherche et de tout projet de production de matériel végétal, y compris du crédit, facteur clef du réinvestissement, laisse des villages entiers au coeur d'une spirale de récession que la hausse de prix de la noix de coco ne brise pas. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Cocos nucifera, Maladie bactérienne

Mots-clés géographiques Agrovoc : Ghana

Mots-clés complémentaires : Jaunissement mortel

Classification Agris : E16 - Production economics
H20 - Plant diseases

Auteurs et affiliations

  • Ruf François, CIRAD-ES-UMR INNOVATION (GHA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/546235/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-09 ]