Agritrop
Home

Audit économique et financier du secteur forestier au Cameroun : rapport final, septembre 2006

Karsenty Alain, Roda Jean-Marc, Milol A., Fochivé E.. 2006. Audit économique et financier du secteur forestier au Cameroun : rapport final, septembre 2006. Montpellier : CIRAD-Forêt, 222 p.

Technical and research document
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_550144.pdf

Télécharger (2MB) | Preview

Abstract : 1. Le secteur forestier camerounais a connu une profonde évolution en une décennie. La réforme la plus spectaculaire a été le passage d'un système d'attribution discrétionnaires des permis forestiers à un mécanisme d'adjudication, comprenant une présélection, une offre technique et une offre financière - cette dernière étant pondérée à 70%. Depuis 1997, les ventes de coupe (2.500 ha, d'une durée de 1 à 2 ans) et les concessions (jusqu'à 200.000 ha, 15 ans renouvelables) ont été attribuées sur cette base. Outre cette mise en concurrence des investisseurs, le mécanisme comporte une dimension de gouvernance, à travers l'instauration d'un double niveau d'Observateurs Indépendants (OI). Un OI assiste à toutes adjudications, rapporte sur les éventuelles irrégularités ou dysfonctionnement, et propose des améliorations. Un second niveau d'observation indépendante, pour l'amélioration des procédures de détection des infractions de terrain, a associé l'ONG Global Witness et les services de contrôle du Ministère en charge des forêts. Depuis 2004, c'est une autre ONG internationale (Resource Extraction Monitoring) qui a pris le relais. 2. En matière de gestion forestière, le pays dispose depuis 2001 de normes nationales d'aménagement, et ce processus progresse maintenant rapidement dans les concessions. C'est le seul pays de la sous-région qui se soit doté d'un plan de zonage (du sud forestier) identifiant les objectifs d'affectation des espaces boisés. Depuis 2000, l'administration a entrepris de classer les forêts à vocation de production ou de conservation, afin de constituer légalement un domaine forestier permanent. Les concertations locales avec les villageois et les communes ont amené à modifier les limites prévisionnelles du plan de zonage, généralement en faveur d'une utilisation par les populations locales. Des communes commencent à disposer de leurs propres forêts. En outre, 67 forêts communautaires ont été constituées depuis 1997 (sur 180 demandes reçues), sur environ 240.000 et ce nombre serait de plus de 80 fin 2005. Depuis 2002, les villageois bénéficient d'un droit de préemption sur les futures "ventes de coupe" prévues dans le domaine national, afin d'y constituer des forêts communautaires. Enfin, le gouvernement a décidé de ne pas allouer, au moins provisoirement, 9 UFA (unité forestière d'aménagement) correspondant à 867.000 ha de forêt dense pour en faire des réserves de diversité biologique. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Industrie du bois, Forêt, Bois

Mots-clés géographiques Agrovoc : Cameroun

Mots-clés complémentaires : Filière

Classification Agris : K01 - Forestry - General aspects
E16 - Production economics

Auteurs et affiliations

  • Karsenty Alain, CIRAD-FORET-UPR Ressources forestières (FRA)
  • Roda Jean-Marc, CIRAD-FORET-UPR Bois tropicaux (MYS) ORCID: 0000-0002-3967-5297
  • Milol A.
  • Fochivé E.

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/550144/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-01 ]