Agritrop
Home

Atout et limites de l'aménagement des petites plaines alluviales dans le cadre d'une stratégie d'augmentation et sécurisation de la production agricole : cas du Cercle de Sikasso Mali

Simpara Mamadou Bassi, Kouyate Amadou Malé, Diaw Boubacar, Lidon Bruno, Fusillier Jean-Louis, Djagba Justin Fagnombo, Huat Joël. 2011. Atout et limites de l'aménagement des petites plaines alluviales dans le cadre d'une stratégie d'augmentation et sécurisation de la production agricole : cas du Cercle de Sikasso Mali. In : Sécurité Alimentaire et changement climatique : Comment améliorer la contribution de l'Irrigation et du Drainage. CIID. Bamako : CIID, 1 p. Conférence régionale africaine de la CIID sur les irrigations et le drainage. 3, Bamako, Mali, 29 November 2011/5 December 2011.

Paper without proceedings
[img] Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_564052.pdf

Télécharger (19kB)

Abstract : Depuis la grande sécheresse des années 1970, la valorisation agricole des ressources en eau des bas-fonds et des petites plaines alluviales par leur aménagement a été considérée comme une solution décentralisée permettant de contribuer à la sécurité alimentaire et de pondérer les aléas dus au changement climatique. Dans le seul cercle de Sikasso, plus de 80 sites ont été aménagés au cours de ces 30 dernières années (Source enquête DRGR Sikasso 2009); Ils constituent en cela une source de capitalisation d'expérience qui a été mise à profit pour évaluer la contribution des aménagements à l'augmentation et la sécurisation de la production agricole. Cette évaluation a été réalisée dans le cadre d'un diagnostic régional (projet RAP AfricaRice financement FSTP/UE ) qui, adossé sur une typologie, visait non seulement à caractériser des situations - types, mais également à identifier et hiérarchiser les diverses atouts et contraintes à l'intensification. Elle a été faite sur la base des informations recueillies lors d'une enquête multi - disciplinaire, de type focus-group, menée sur 37 sites, dont 17 aménagés. Les quatre principaux thèmes abordés dans le cadre de cette enquête ont concerné (i) les relations entre spécificités techniques des aménagements et caractéristiques biophysiques des sites (ii) l'impact des aménagements sur les performances de la mise en valeur agricole (iii) les interactions entre état des ouvrages, mode de gestion, maîtrise de l'eau et les performances de la mise en valeur agricole et (iv) la perception des acteurs de l'impact socio-économique des aménagements (aspects fonciers, genre, capacité d'investissement des agriculteurs). L'étude, qui confirme la fonctionnalité de la plupart des aménagements malgré leur état (2/3 considérés comme dégradés), en montre néanmoins les limites. L'amélioration potentielle de la maîtrise de l'eau ne s'est traduite ni par des rendements plus élevés, ni par des pratiques culturales et d'irrigation plus intensives : ils sont, de l'avis des producteurs, identiques à ceux des sites non aménagés. L'étude montre que ces limites ont des conséquences différentes suivant la vocation de l'aménagement. Les aménagements permettant de développer les cultures de contre saison, en accroissant les surfaces sur lesquelles il est possible d'irriguer à partir de la nappe, contribuent effectivement à valoriser les ressources en eau. Leur impact socio-économique, à mettre en relation avec les fortes marges qu'ils permettent, est illustré par l'augmentation de la capacité individuelle d'investissement touche plus de 90% des bénéficiaires. Plus que l'aspect technique, c'est la capacité de commercialisation des producteurs qui semble le point critique. Dans un contexte de changement climatique, la construction de cascades de seuils le long d'un même cours d'eau, tel que réalisé à Bamadougou, devrait pouvoir pondérer l'impact des risques accrus de déficit pluviométrique sur la dynamique de la nappe. A contrario pour les aménagements dont la valorisation est uniquement rizicole, le fait que l'augmentation de la capacité individuelle et collective d'investissement qu'ils engendrent soit significativement plus faible amène à s'interroger sur leur réel impact, mais aussi sur les conditions d'intensification de la riziculture qu'ils pourraient permettre dans un contexte de changement climatique où les risques liés à des épisodes secs ou d'excès d'eau devraient s'accentuer. (Résumé d'auteur)

Classification Agris : E14 - Development economics and policies
P10 - Water resources and management
F06 - Irrigation

Auteurs et affiliations

  • Simpara Mamadou Bassi, IER (MLI)
  • Kouyate Amadou Malé, IER (MLI)
  • Diaw Boubacar, IER (MLI)
  • Lidon Bruno, CIRAD-ES-UMR G-EAU (FRA)
  • Fusillier Jean-Louis, CIRAD-ES-UMR G-EAU (FRA)
  • Djagba Justin Fagnombo
  • Huat Joël, CIRAD-PERSYST-UPR HortSys (BEN) ORCID: 0000-0002-8271-1652

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/564052/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-03-26 ]