Agritrop
Home

Analyse de risque phytosanitaire. Version simplifiée. Erionota thrax (L.) Lepidoptera référence BAN-a1

Quilici Serge, Camou Romain. 2004. Analyse de risque phytosanitaire. Version simplifiée. Erionota thrax (L.) Lepidoptera référence BAN-a1. In : Analyses de risque phytosanitaire : appui à la rédaction de la réglementation spécifique aux départements d'outre-mer. Mourichon Xavier, Camou Romain, Ehret Pierre. CIRAD, CEE-POSEIDOM, France-Ministère de l'agriculture et de la pêche. Montpellier : CIRAD, 8 p.

Section of report
Full text not available from this repository.

Abstract : Cette analyse de risque a été réalisée en utilisant les principes de la norme CIPV (NIMP n°11),sous la forme du "système pour l'évaluation du risque phytosanitaire" mise au point par l'OEPP, mais certaines questions ont été peu renseignées, par manque de données ou dans une volonté de simplification. Les données principales sont reprises selon un plan simplifié proposé par l'OEPP, favorisant une présentation rapide de l'organisme nuisible et du risque lié à son introduction :aux Antilles,en Guyane et à La Réunion. Au niveau des facteurs de risque, dans les zones où il est introduit, #E.thrax# produit des dommages importants, ce qui n'est pas forcément le cas dans son aire d'origine. Depuis une cinquantaine d'années, l'espèce élargit progressivement son aire de répartition,très probablement au travers des échanges commerciaux. Cet organisme est classé dans l'Est, le Sud de l'Afrique ainsi qu'au Brésil (COSAVE); ainsi que pour deux organisations régionales de protection des végétaux du pacifique (Asian and Pacific Plant Protection Commission et Pacific Plant Protection Organization) (EPPO,PQR,2002). Le risque principal réside dans l'origine des plants de bananiers et autres zingibérales destinés à la plantation; s'ils viennent d'Asie,les probabilités d'entrée, d'établissement et d'introduction sont très élevées.L'importation de régimes de bananes vertes (y compris de Maurice) étant autorisée à la Réunion, il convient de surveiller les risques d'entrée par cette voie. Il existe un risque réel que ce papillon soit introduit dans les DOM. Le fait qu'il soit interdit à l'introduction en Afrique, au Brésil et pour deux organisations régionales de protection des végétaux du Pacifique, confirme la menace qu'il représente. Cet organisme mérite d'être reconnu comme organisme de quarantaine.

Mots-clés Agrovoc : Musa, Musa paradisiaca, Musa textilis, Lepidoptera, Insecte nuisible, Introduction de plantes, quarantaine, Dégât, Cycle de développement, Protection des plantes, Distribution géographique, Réglementation, Importation, Biologie, Introduction d'animaux, Lutte anti-insecte

Mots-clés géographiques Agrovoc : Antilles françaises, Guyane française, Réunion

Mots-clés complémentaires : Impact économique, Erionota thrax, Risque économique, Inspection sanitaire

Classification Agris : H10 - Pests of plants
D50 - Legislation

Auteurs et affiliations

  • Quilici Serge, CIRAD-FLHOR-ARF (REU)
  • Camou Romain, CIRAD-AMIS-DIR (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/522201/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-11-23 ]