Agritrop
Home

L'élevage du cerf sur l'Ile de la Réunion, voie de diversification d'une agriculture insulaire et enjeu de coopération régionale

Grimaud Patrice. 2007. L'élevage du cerf sur l'Ile de la Réunion, voie de diversification d'une agriculture insulaire et enjeu de coopération régionale. Cahiers Agricultures, 16 (2) : pp. 111-118.

Journal article ; Article de revue à facteur d'impact Revue en libre accès total
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_538760.pdf

Télécharger (168kB) | Preview

Titre anglais : Deer farming on La Réunion Island, a way to diversify insular agricultural productions and a stake in regional cooperation

Liste HCERES des revues (en SHS) : oui

Thème(s) HCERES des revues (en SHS) : Géographie-Aménagement-Urbanisme-Architecture

Abstract : Le cerf rusa (Cervus timorensis russa) s'est parfaitement adapté aux conditions subtropicales de l'Ile de la Réunion, où l'on compte à ce jour un total de 14 fermes exploitant un cheptel d'environ 2200 biches. Les premiers cerfs y ont été introduits d'Indonésie au XVIIè siècle, par des navigateurs européens soucieux d'y trouver un vivier de protéines animales sur la route des Indes. Les premiers élevages extensifs sont apparus dans les années 1980, avec l'objectif d'exploiter des terres marginales non agricoles. Évoluant dans un environnement sanitaire propice, les élevages affichent une productivité moyenne de 0,7 faon sevré par biche et par an. Afin de diversifier les productions agricoles de l'Ile, les autorités locales ont encouragé le développement de fermes intensives plus petites, mais en raison de fortes mortinatalités les performances économiques y apparaissent médiocres. Les organismes locaux de développement assistent les producteurs de venaison dans plusieurs domaines, comme l'organisation du marché, la gestion des pâturages et la pathologie. Sur cette île pluriethnique, la venaison est consommée par l'ensemble de la population, au contraire des viandes de porc et de boeuf. La demande annuelle est estimée à plus de 100 tonnes: la production locale est d'environ 30 tonnes, alors que les importations, essentiellement d'Europe ou de Nouvelle-Zélande, atteignent près de 50 tonnes. L'augmentation de la part de venaison produite localement nécessite un accroissement de la productivité des animaux et du nombre d'exploitations. La filière pourra alors être au centre de projets ambitieux de codéveloppement régional, fortement encouragés par le président du Conseil régional, et déjà amorcés avec l'Ile Maurice voisine sur le thème de la gestion des pâturages. (Résumé d'auteur)

Classification Agris : L01 - Animal husbandry

Champ stratégique Cirad : Axe 1 (2005-2013) - Intensification écologique

Auteurs et affiliations

  • Grimaud Patrice, CIRAD-ES-UPR Systèmes d'élevage (UGA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/538760/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2021-03-25 ]