Agritrop
Home

Distribution et relations génétiques entre un biotype invasif et un biotype indigène de Bemisia tabaci à l'île de la Réunion

Reynaud Bernard, Delatte Hélène, Duyck Pierre François, Triboire Aurélie, Lett Jean-Michel, Peterschmitt Michel, David Patrice. 2006. Distribution et relations génétiques entre un biotype invasif et un biotype indigène de Bemisia tabaci à l'île de la Réunion. In : Entomologie et Développement Durable : 6ème Conférence Internationale Francophone d¿Entomologie (CIFE VI), Rabat, Maroc, 2-6 juillet 2006. AMAB. s.l. : s.n., 1 p. Conférence internationale francophone d'entomologie. 6, Rabat, Maroc, 2 July 2006/6 July 2006.

Paper without proceedings
[img] Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_559563.pdf

Télécharger (65kB)
[img] Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
document_559563.pdf

Télécharger (3MB)

Matériel d'accompagnement : 1 diaporama (19 vues)

Abstract : Une première épidémie de TYLCV en 1997 à La Réunion a coïncidé avec l'augmentation des populations de son insecte vecteur Bemisia tabaci sur les cultures maraîchères (Peterschmitt et al., 1999) alors qu'aucune pullulation de cet insecte n'avait été signalée depuis sa première détermination (Bourriquet, 1938). Le séquençage partiel du gène de la cytochrome oxydase I (COI) a permis de distinguer au sein des populations de B. tabaci deux types génétiques : le biotype B cosmopolite très invasif et supposé récemment introduit puisque retrouvé uniquement à La Réunion et à Maurice et un autre indigène car différent génétiquement des populations décrites dans le monde et retrouvé dans toutes les îles du sud ouest de l'Océan Indien (Madagascar, Maurice, Réunion, et les archipels des Seychelles et des Comores) que nous avons dénommé Ms. Le biotype B est dominant dans tous les bassins maraîchers de La Réunion mais ne supplante pas le biotype indigène ailleurs. Ces différences de distribution s'expliqueraient partiellement par des préférences climatiques et de plantes hôtes. L'utilisation de 8 marqueurs microsatellites combinés à une analyse de statistique bayesienne, nous a permis de comparer la diversité génétique des deux biotypes à la Réunion et de prouver l'existence de populations hybrides. L'introgression préférentielle d'allèles du biotype indigéne dans les populations invasives est très original et pourrait expliquer en sus de ses traits de vie très favorables à l'origine, la plasticité du biotype B. (Résumé d'auteur)

Classification Agris : H10 - Pests of plants

Auteurs et affiliations

  • Reynaud Bernard, CIRAD-AMIS-UMR PVBMT (REU)
  • Delatte Hélène, Wageningen University (NLD)
  • Duyck Pierre François, CIRAD-AMIS-UMR PVBMT (REU)
  • Triboire Aurélie, CIRAD-AMIS-UMR PVBMT (REU)
  • Lett Jean-Michel, CIRAD-AMIS-UMR PVBMT (REU)
  • Peterschmitt Michel, CIRAD-AMIS-UMR BGPI (FRA)
  • David Patrice, CNRS (FRA)

Autres liens de la publication

Source : Cirad - Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/559563/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2019-10-09 ]