Agritrop
Home

Les enjeux territoriaux de la surveillance de la santé animale : le cas de l'influenza aviaire hautement pathogène au Viet Nam et en Thaïlande

Delabouglise Alexis. 2015. Les enjeux territoriaux de la surveillance de la santé animale : le cas de l'influenza aviaire hautement pathogène au Viet Nam et en Thaïlande. Nanterre : Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 270 p. Thèse de doctorat : Géographie humaine, économique et régionale : Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Thesis
[img]
Preview
Published version - Français
Use under authorization by the author or CIRAD.
Thèse Delabouglise.pdf

Télécharger (12MB) | Preview

Encadrement : Salem, Gérard ; Peyre, Marisa

Abstract : La surveillance de la santé se définit comme la production et le traitement de données destinées à informer les programmes de mitigation des risques sanitaires. La surveillance des maladies infectieuses animales est généralement considérée comme un bien public, impliquant la responsabilité de l'Etat. La surveillance des maladies émergentes transfrontalières, dont l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), est même perçue comme un bien public mondial, justifiant un partage d'informations entre Etats. La forme la plus répandue de la surveillance, dite passive ou réactive, repose sur la communication d'acteurs privés ou publics d'informations qu'ils détiennent sur l'état sanitaire des populations animales qu'ils observent aux autorités en charge de la surveillance. La surveillance se trouve donc confrontée à la problématique des biens publics dont la gestion est dépendante de la décision décentralisée d'acteurs privés. Deux questions se posent alors : quels sont les facteurs qui influencent la décision de transmettre une information aux systèmes de surveillance publics ? Ces facteurs sont-ils purement financiers ou impliquent-ils d'autres types d'enjeux, qui font intervenir l'environnement social de l'individu, le territoire dans lequel il s'insère et ses rapports de pouvoirs ? Une autre question est celle de l'existence de réseaux d'information, établis entre acteurs privés et publics permettant d'alerter un maximum d'acteurs de l'apparition d'un risque sanitaire. Comment ces réseaux de constituent-ils ? Dans quelle mesure sont-ils liés aux systèmes de surveillance publics ? Quelles formes de gestion du risque, sous contrôle privé ou public, permettent-ils ? Le cas étudié est celui de l'IAHP due à H5N1 chez les volailles domestiques en Asie du Sud-Est. Une étude a été menée dans quatre zones d'échelle spatiale réduite réparties sur les deux pays, trois au Viet Nam et une en Thaïlande. La théorie des graphs a été appliquée à la diffusion de l'information sur les suspicions d'IAHP entre acteurs privés et publics des territoires avicoles. La structure de ces réseaux d'information est conditionnée par l'organisation politique des territoires ruraux, sous forme de villages, et par les filières dans lesquels s'insèrent les élevages présents dans les territoires. Dans les zones d'étude du Viet Nam présentant un grand nombre d'élevage commerciaux privés, les acteurs amont de la filière avicole commerciale, qui fournissent aliments et produits vétérinaires aux éleveurs, ont un accès privilégié à l'information issue du secteur avicole commercial et villageois. Dans la zone d'étude de Thaïlande, les acteurs impliqués dans les combats de coqs ont un accès privilégié à l'information issue des éleveurs villageois. Ces acteurs centraux dans les réseaux facilitent la diffusion spatiale des informations et l'accès de l'ensemble des éleveurs à ces informations. Les autorités vétérinaires sont présentes dans les réseaux mais la priorité qui leur est accordée est faible en comparaison aux acteurs privés de la filière. En parallèle, des entretiens qualitatifs ou semi-quantitatifs utilisant les outils de l'épidémiologie participative ont été menés afin d'identifier les enjeux associés à la déclaration des suspicions aux autorités vétérinaire. Les enjeux diffèrent selon les territoires et les types de production avicoles qui les composent. Ces enjeux vont au-delà des problématiques purement financières : risques sanitaires et nuisances environnementales pour le voisinage, responsabilité dans les pertes économiques des autres éleveurs et des partenaires commerciaux, et valeur affective et sociale de l'animal sont autant de composantes potentielles de la décision de l'éleveur de déclarer une suspicion aux autorités. Une partie de ces enjeux est liée aux mesures de contrôle mise en place par l'Etat face au risque sanitaire. Cependant, d'autres sont strictement associés à la diffusion de l'information. C'est le cas, par exemple, des impacts des informations sur les prix du marché avicole. Par ailleurs quelques études pilotes montrent l'intérêt des outils basés sur des expériences de choix, en l'occurrence l'analyse conjointe, pour distinguer les enjeux perçus et ceux qui influent réellement la décision des acteurs. En complément des études à l'échelle locale, des enquêtes ont été menées avec des acteurs impliqués directement ou indirectement dans la surveillance à l'échelle nationale. L'efficacité de la surveillance passive est contrainte par la répartition des responsabilités administratives et financières entre Etats et gouvernements locaux. La mise sous tutelle des autorités vétérinaires par les gouvernements locaux au Viet Nam limite la remontée des informations aux autorités vétérinaires centrales. Les médias jouent un rôle dans la surveillance de l'IAHP. La relative liberté qui leur est accordée dans leurs investigations et leurs communications au public sur les risques liés à l'IAHP contraint les gouvernements locaux à exposer de manière plus transparente leur situation sanitaire. Les entreprises agro-alimentaires exercent une surveillance sanitaire privée sur les populations avicoles domestiques. Ce type de surveillance se substitue au système de surveillance publique. (Résumé d'auteur)

Résumé (autre langue) : Health surveillance is defined as the production and processing of data aimed at informing health risk mitigation programs. Surveillance of infectious animal diseases is usually considered as a public good, involving the responsibility of the state. Surveillance of transboundary emerging diseases, like HPAI, is even perceived as an international public good, justifying information sharing between countries. The most common type of surveillance, i.e. passive or reactive surveillance, is based on communications from private or public actors of the information they hold about the health status of animal populations they observe to authorities in charge of health surveillance. Animal health is therefore confronted with the problematic of public goods whose production depends on decentralized private decision. Two questions may be raised: what are the factors influencing the decision to transmit information to public surveillance systems? Are these factors solely of monetary nature or are they linked with other types of issues, among which the social environment of individuals, the place where they live and their power relationships? Another question relates to the existence of information networks established between private and public actors which enable to a part of the population of sanitary threats. How these are networks constituted? To which extent are they linked with public surveillance systems? Which type of risk management do they allow? The studied case is H5N1 HPAI in domestic poultry in Southeast Asia. A study was conducted in four areas of limited spatial scale distributed in two countries, three in Viet Nam and one in Thailand. Graph theory was applied to the diffusion of information related to HPAI suspicions between actors, private or public. The structure of these networks is shaped by the political organization of rural places, the villages, and by the value chains to which poultry farms belong. In study areas of Viet Nam with widespread commercial poultry farming, upstream actors of the value chain, supplying feed and veterinary products to farmers have better access to information from the commercial and backyard poultry farms. In the Thailand study area, actors participating in cock fighting games have a better access to information from backyard farms. These actors who are central in information networks facilitate the spatial spread of information and access of farmers to information from distant locations. Veterinary authorities are included in the information networks but their attributed priority is week in comparison with private actors of value chains. Besides, qualitative and semi-quantitative interviews were conducted, using tools of participatory epidemiology, in order to identify issues linked with suspicion reporting to veterinary authorities. Those issues differ according to places and types of poultry production. They go beyond purely monetary concerns: sanitary risks and environmental nuisances to the neighborhood, responsibility in economic losses of other farmers and commercial partners and social and affective value of animals are potential components of the decision of farmers to report a suspicion to veterinary authorities. A part of these issues are linked with disease control measures implemented by the state in response to sanitary risks. However, others are strictly associated with information spread. It is the case, for example, of impacts of information on poultry market prices. Besides, some pilot studies showed the interest of using tools based on choice experiment, in this case conjoint analysis, for distinguishing issues perceived and issues really influencing actors' decision. Besides local surveys, interviews were performed with actors directly or indirectly concerned with poultry health surveillance at the national level. Efficacy of passive surveillance is constrained by the distribution of financial and administrative responsibilities between the Stat and the local governments. The dependence of veterinary authorities toward local governments, in Viet Nam, limits the upward flow of information to central authorities. Media have a role in HPAI surveillance. The relative freedom allowed to them in investigating and communicating on HPAI risks constrain local government in transparently exposing their disease outbreaks. Agro-industry exerts private health surveillance on domestic avian populations. This private surveillance is a substitute to public surveillance. (Résumé d'auteur)

Mots-clés Agrovoc : Surveillance épidémiologique, Aviculture, Système d'information, Analyse de système, Système d'alerte rapide, Prise de décision, Diffusion de l'information, approches participatives, Épidémiologie, Étude de cas, Volaille, Influenzavirus aviaire, Politique sanitaire, Analyse économique, Intervention de l'état, Analyse des coûts, responsabilité, secteur privé, Secteur public, Santé publique, Grippe aviaire

Mots-clés géographiques Agrovoc : Viet Nam, Thaïlande, Asie du Sud-Est

Mots-clés complémentaires : Filière, Politique publique

Classification Agris : L73 - Animal diseases
L70 - Veterinary science and hygiene

Champ stratégique Cirad : Axe 4 (2014-2018) - Santé des animaux et des plantes

Auteurs et affiliations

Source : Cirad-Agritrop (https://agritrop.cirad.fr/582102/)

View Item (staff only) View Item (staff only)

[ Page générée et mise en cache le 2020-11-22 ]